Quelques éléments pratiques pour ce voyage

Les billets tour du monde: Billets OneWorld pour un an.

C’est une alliance de grandes compagnies d’aviation, tels que British Airways, American Airlines, Cathay Pacifique, LAN Chile, Quantas, etc.

Il faut préparer son itinéraire à l’avance et tous les vols sont ainsi réservés pour un an.

Le prix de ces billets tour du monde est imbattable comparé au coût de chaque vol pris séparément (et si l’on peut acheter ses billets en Angleterre, c’est 25% moins cher qu’en France pour le même billet! Mais il faut disposer d’une adresse en Angleterre et d’un compte en banque anglais, ce que nous avions la chance d’avoir…). Ce n’est pas la peine de passer par une agence de voyage, il est possible de préparer son itinéraire soi-même sur Internet à l’aide de leur programme en ligne et de commander son billet ensuite directement par téléphone auprès de British Airways, par exemple. Notre interlocuteur, ultra sympathique, nous a beaucoup aidé à finaliser l’itinéraire. Nous n’avons que des retours positifs à faire sur ces billets tour du monde et sur British Airways.

Il y a un certain nombre de contraintes à respecter: tourner toujours dans le même sens (d’est en ouest ou d’ouest en est) pour les différents continents. 4 vols maximum sont autorisés par continent (et 6 pour l’Amérique du Nord). Au total, 20 vols ou « segments » sont permis dans cette formule (je crois que cela a changé maintenant et que pour le même prix, il n’y a plus que 15 vols). Si l’on arrive dans une ville et que l’on repart d’une autre ville, cela compte comme un « vol » (un segment), même si l’on ne prend pas l’avion… Enfin, il faut jongler avec les saisons, et notamment les moussons, et tous les pays ne sont pas accessibles avec cette formule. A chacun de s’amuser et de tracer son itinéraire autour du monde selon ses envies, mais aussi en respectant les contraintes et disponibilités des vols et en faisant attention aux saisons et surtout aux moussons…

Il est possible de changer les dates des vols en cours de route, mais pas l’itinéraire ou alors il faut s’attendre à payer un supplément…

Bref, cette formule est tout simplement géniale et permet ainsi à beaucoup de personnes de réaliser leur rêve de voyager autour du monde…

Pour l’argent dans chaque pays:

Nous n’avons jamais changé d’argent à l’avance et nous n’avons pas emporté de « travellers cheque » non plus. Nous avons juste quelques Euros avec nous au cas où. Dès que nous arrivons dans un pays, nous tirons de l’argent dans l’aéroport. Pour plus de sécurité, Ian et moi avons chacun 2 cartes de crédit de 2 comptes différents.

Nous n’avons jamais eu de problèmes avec ce système. Avant de partir de chaque pays, nous calculons nos dernières dépenses pour qu’il ne nous reste plus d’argent en partant. Dans l’ensemble, nous avons plutôt bien calculé.

Sécurité et vols dans les pays moins sûrs:

A chaque déplacement avec tous nos bagages, nous adoptons toujours la même approche: Ian marche en tête et les enfants suivent, et je ferme la marche et vérifie que tout le monde suit bien.

Quand nous nous arrêtons dans une ville et que nous sortons nous promener, nous n’avons en général sur nous que nos porte-monnaies avec l’une des cartes de crédit dedans et de l’argent (le porte-monnaie s’attache a la poche ou à la ceinture par un clip), une photocopie de nos passeports et nos appareils photos à la ceinture. Le sac que nous portons ne contient rien de valeur. Nous laissons toujours nos passeports et objets de valeur à l’hôtel.

Lorsque nous sommes dans un hôtel dans un pays moins sûr, nous préparons un « safe »: nous mettons un des sacs dans le filet en maille « Packsafe » avec tout le matériel et les papiers à protéger et nous attachons ce filet à l’armature du lit, à une penderie, etc. avec le cadenas. Nous entassons quelques habits ou d’autres sacs dessus pour que cela ne se remarque pas trop…

Dans les trains en Inde, nous attachions nos sacs sous les banquettes, comme le font quasiment tous les voyageurs là-bas. Des boucles en métal sous les banquettes sont prévues pour cela.

Nos différents sacs ferment tous à cadenas (à combinaison pour ne pas risquer de perdre les clés…). Si l’hôtel n’est pas sûr, nous attachons nos grands sacs aux lits avec les mini-câbles que nous avons avec nous.

Avec ce système, nous n’avons jamais eu de problème, même lorsque la chambre ne pouvait pas se fermer du tout (comme en Afrique du Sud, à Port Saint Johns, par exemple).

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: