Blog d’Amandine en Inde – bilingual

<!– @page { size: 8.27in 11.69in; margin: 0.79in } P { margin-bottom: 0.08in } –>

Je suis en Inde. J’aime voyager en Inde, mais je ne voudrais pas vivre dans ce pays, parce que la vie ici est un peu difficile. Il y a beaucoup de gens pauvres qui n’ont pas beaucoup de nourriture. L’Inde est très polluée et partout les gens jettent les choses par terre. Il fait très chaud en Inde en ce moment. Il y a beaucoup d’animaux sur les routes, comme des buffles ou des vaches. Il y a aussi des singes, des écureuils, des éléphants, des perroquets verts et des dromadaires. Je suis allée sur un éléphant qui avait plein de poils sur sa tête et j’ai beaucoup aimé être sur son dos. J’ai vu le Taj Mahal, tout blanc et très beau et des palais de Maharajah (les Maharajah sont comme des grands rois). J’ai beaucoup voyagé dans les trains et j’ai aimé dormir dans les trains et boire beaucoup de thé indien. J’aime bien les repas indiens: il faut manger avec ses doigts et je sais faire des chapatis (des pains indiens).

I am in India. I like travelling in India, but I wouldn’t like to live in this country because life is a little difficult. There are a lot of poor people who haven’t got a lot of food. India is very polluted, everywhere the people throw the things on the floor outside. It is very hot in India now. There are a lot of animals on the roads, like buffaloes or some cows. There are also some monkeys, squirrels, elephants, green parrots and camels. I went on a elephant who had a lot of hair on his head and I liked very much going on his back. I saw the Taj Mahal, all white and very nice and I saw some Maharajah’s palace (Maharajahs are like kings). I travelled a lot in trains and I liked sleeping in the trains and I drank a lot of Indian tea. I like Indian food. It is a little bit spicy and we eat with our fingers. I know how to make chapatis (Indian bread).

Je suis maintenant dans un petit village et j’aime bien. J’ai beaucoup d’amis pour jouer, mais parfois j’aime aussi être un peu tranquille, car tout le monde veut toujours jouer avec moi. Ici, les gens parlent telugu, mais je ne savais pas que cette langue existait. J’apprends des mots en telugu et les enfants apprennent un peu l’anglais. Chaque jour, je vais à l’école pour apprendre des chants en anglais aux enfants qui parlent telugu. Je suis souvent invitée dans les maisons et les enfants n’ont pas de chambre a eux et ils ont juste quelques jouets, mais pas beaucoup. Il n’y a pas assez d’eau dans le village pour arroser les champs de coton et cette année, il n’y a pas eu assez de pluie, alors les plantes poussent mal et les gens n’ont pas beaucoup de nourriture.

I am now in a small village and I like it. I have got a lot of friends to play with, but sometimes I like to be a little bit alone, because everyone wants to play with me all the time. Here, people speak Telugu, but before I didn’t know Telugu existed. I learnt some words in Telugu and the children try to speak a little bit English. Every day, I go to school to teach English songs to the little children. I am often invited in the houses of children, and the children don’t have a bedroom for them and they have got just a few toys to play. There isn’t enough water in the village to water the cotton plants, so the plants don’t grow well and people don’t have a lot of food.

J’ai été à un mariage dans le village et j’ai mangé avec les mariés et j’ai bien aimé. La mariée était belle avec un sari rouge et des fleurs dans ses cheveux. A la fin de la messe, j’ai mis du riz sur les cheveux de la mariée et du marié et tout le monde faisait pareil pour leur souhaiter un heureux mariage.

Je prends des rickshaws pour voyager (à la place des taxis que nous avons en France) et les routes sont en terre et ne sont pas plates: elles sont toutes abimées et pleines de trous.

I went to a wedding in the village and I ate with the people and I liked it. The bride was beautiful in a red sari and had some flowers in her hair. At the end of the Mass, I put some rice on the head of the married people and everyone did the same to wish them a happy marriage.

I travel in rickshaws (instead of taxis like in France) and the roads are not flat: they are all damaged and full of holes, and it makes us jump in the rickshaw.

Advertisements

A Day In A Village

<!– @page { size: 8.27in 11.69in; margin: 0.79in } P { margin-bottom: 0.08in } –>

I stir into wakefulness. For some time I listened to the silence about me, reveling in the absence of traffic noises, but still, apart for the lonely noises of a motorcycle or a tractor, there was never any traffic here. You had more chance to hear dogs or hens than traffic.

Then I looked at our old clock. Already 5:30! How could that be possible? It meant I had overslept!

Hurriedly I got out of bed and woke up my wife. She chided me lightly for getting up so late, not very convincing for she hadn’t woken up either. The chances of this were nearly none, and it was possibly the first this had happened. Our children where already up, since 5, like usual. We all took our breakfast consisting of rice and curry. Exceptionally, my wife had prepared salted pancakes, and we all happily dipped them in a peanut curry. Our taste buds intent on gathering every possible ounce of taste, we did not talk.

Usually, other families ate breakfast after mass, around 7, when ones’ hunger really arouse. But we liked eating as a family, and as we would start to find work round 6, we would eat before mass. After breakfast, we all got ready to go out, the youngsters to mass, and us to try and find some labor. After mass, our children would soon go to catechism, then school would start with an assembly, where they would pledge allegiance to India. We were lucky that the Father and Sisters here helped us for education,or our children wouldn’t have any!

Our way to fin work for the day was similar to that of the others, and it simply consisted in hanging around till we were employed. Men on one side, women on the other. This was not caused by discrimination, but simply by the fact that the men would go for harder work, which also meant a higher salary. Our salaries were usually of around rs50 for women, and rs 75 for the men. In Euros, our salaries where of a bit less of a Euro to a bit more of a Euro. It doesn’t sound as much, and it isn’t much, but it’s enough to live.

Today we got lucky, for it was time for cotton picking, meaning that all the men got employed. The salary was of rs2 per kg of cotton. Seeing that cotton is very light, a lot of cotton has to be collected for a kg. Usually, in a days work, we would manage to collect around 40 kg each, resulting in the healthy sum of rs80. But this year the rain had been scarce, resulting in the fact that less cotton buds had matured into the cotton fruit. Not only was it bad for the field owners, who would feel the effects for the next few years, but it also meant we had to work harder for every kg we picked. The result was that we were lucky to collect 30kg by the end of the day. This also made our salaries lower, making that we too felt the economical effects of the scarce rains. At the end of the day, I met up with my wife. She hadn’t found any work today, making that she had idled around all day. This was not very unusual, and as we weren’t workaholics, my wife didn’t think of it as a wasted day. We Indians were all very casual, none of us thinking of a day in seconds, or evens minutes. Even hours weren’t very important to us. That night, when all of us had finished our respective jobs, we ate dinner: curry and rice. We ate dinner pretty late, round 8 and 9. Afterwards, we went to sleep, and tomorrow, all would start again.

A stroll in a graveyard

The beginnings of a faint black were gradually tinging the heavy air. The sun had passed the day in an effort to boil the earth and now seemed rather puffed out, rather tired, and was already starting to resign, falling through the far-away sky. As such, the atmosphere was rather pleasant, and this combined to the fact that it was the day of the dead, 2nd November, set the soul on a venture for a calm, sad stroll through the graveyard.

I walk alone, looking at the tombs in turn, searching for the state of melancholy that sets the mind alight with a small sad flame. Some tombs are simple mounds of coarse earth, others ugly stone painted with a nice white, and others are of shiny black marble. Almost all of them have white candles blowing their shy fire, some have rows of flowers and lastly some have nothing, no person who cares anymore, nobody who remembers: a lone forgotten life. As the fires in my mind settle down and my breath slows down, I wonder.

Suddenly, a voice calls my name. Annoyed, I turn round and smile at the boy. He is called Joseph, is 14, speaks English roughly, and is the boy I know best in the village. In a way he reminds me of my first friend ever, easy to like, even easier to hate. He advances his hand, sure that I will shake it. This I do, rather sadly, because I know that all the children in the graveyard will run towards me so as to shake my hand, that strange European custom! Soon I’ve got a crowd around me, laughing and shouting in the dignified graveyard. Heloh! Waisya name? Bagunara?

I try to explain to my ‘English’ friend: “I walk alone now?” “On my own?” But it is not fated to happen, anyway I doubt he is familiar with the word ‘alone’, and the others… I’ve learnt to stop interminable discussions so I march away. They all follow. Sigh… But after all, it’s my fault for being strange, who ever heard of a guy with white skin? Absolutely ridiculous! And hair which is not black? Unheard of! And the extinct language French? Don’t make me laugh!

With my troop following me, quickly accepting new members, a girl invites me over. With another sigh, I come up with my best smile. Hello. Hello. Soon I escape again, but my followers have grown bolder. Joseph calls me. Grandfather mother father he says, indicating two tombs. Oh… And I realize a dozen hands are pulling at me, trying to drag me all over. But I’m used to it, I stand firm. And, like if I wasn’t being teared into a dozen peaces, I calmly continue the ‘conversation’, trying to escape. Joseph tells me two boys want to talk with me. I was hoping that today I would be able to have a calm walk, for once…

I stroll towards the two elder boys, muttering ‘fiddlesticks’ under my breath. One of the boys actually speaks English and I engage once again into the type of conversation which doesn’t mean anything. When people ask me my name they actually do not care about the answer but rather are overjoyed by the fact that they have spoken English to a European, been understood, and been responded to. Yet it tires me sooo much… After a few seconds of silence I thank him warmly for the conversation, tell him I’m going to walk now, hesitate to ask him how to say ‘alone’ in Telugu, and walk away.

Soon my mind, who has had the notion of patience battered by an army of noisy hammers for already two weeks, pleads Joseph, and by him the troop that is still following me to, please, let me walk alone. “I’m bothering you?” he asks. Not another trick question! If I say yes he’ll be profoundly hurt, and if I say no the troops’ distance will soon degrade to me carrying a fistful of near-teens on my back. (Side-note: they do that since they’ve seen me skipping with Amandine on my back…)

I opt for no, and he suddenly looks very sad. Hastily I ask him a question, why two tombs have dolphin pictures on them, and a bright smile followed by a babble of incomprehensible words are pronounced. He takes me to the tombs and proudly explains that the dolphins have dolphin shapes… Then he adds, you eat dolphins? I reply no. He replies yes, and soon everybody is accusing me of eating dolphins. Mega sigh…

Talks with many adults follow this, smiles which begin to hurt, and then I excuse myself so as to go to the celebration. Learn to give up on some things, although a silent stroll would have been so welcome…

I sit with my father, on the side of a water container. A little calm. Inevitably though, Joseph comes along and very soon, there are so many children sitting beside us that my father goes off for a calmer place. I don’t. Joseph starts leaning on my shoulder. I let it be. Then, loads of people start pushing him on me, so as to make me fall. Then they all want me to swim in the container… During this an adult comes beside me, folds his arm, and tries to touch me with his elbow. I lean to the side, he leans also. When his elbow has touched my arm for a few seconds he goes off all happy. Soft European skin, right. A child starts stroking my hair. Joseph asks me if I’m his very best friend. I avoid the question. After this an adult comes, shoos away all the children, and proudly sits beside me.

Off I go again, and my fan club follow. This ‘club’ is mainly composed of Joseph’s violent character and of a big boy who folds his hands all the time and stands beside me wherever I go, and who, suddenly, will lower his maturity so much as to be giggling stupidly about any odd matter. Jospeh slaps my buttocks, and I sharply stop him. I’ve been trying to condition him not to touch some special body parts of others. I almost lost his friendship after hurting him in an effort to protect Eric from having his trousers taken off. Innocently he tells me to slap his buttocks. Em, thank-you but no…

Quite soon another ‘shake the European’s hand’ game ensues and, inexplicably, the big boy tries to crush my hand. Unluckily for him, I’ve put that move high on my priority list and am pretty good at it. He shouts and lets go. After that a teen girl tries the same thing but I can proudly state that I am not sexist, so I crush her hand as well. She yelps, lets go, and has another try at crushing my hand.

An adult starts fire-crackers going, and great excitement ensues. I’m asked to dance by about twenty voices, but I flatly refuse. Joseph finds a used fire-cracker bomb on the floor and has fun throwing it at me every two seconds shouting ‘bomb!’ under the furious giggles of the ‘big’ boy. Finally, I decide to go back home. A troop of children come up to shake my hands, and I patiently shake each one, smiling especially at all the little children as well as the girls. Then I turn to go and the big boy decides to have another try at crushing my hand. I again retaliate but he just winces and keeps on holding. My main muscles are all in my right wrist, so I have a go at twisting his hand, and finally twirl him around me a few times. Finally, after his efforts not to let go, I examine his hand a little, find a good spot, and make him yelp off, cradling his hand. Then I smile goodbye to all and depart.

I’ve had weirder shaking hands. Some girls will start stroking my hand, and some little boys will start doing violent movement of hands up and down, until they’re jumping up every time they shake.

I’ve often tried to teach order, but the children keep on fighting. After one such two-hour try at playing a game with them midst all the fighting, I devised a tactic to teach non-violence. Joseph translated my words into a ‘if anybody fights, we all beat him up!’ Ineluctably a major fight started. Reminds me of democracy…

L’Inde – India by/par David

<!– @page { size: 8.27in 11.69in; margin: 0.79in } P { margin-bottom: 0.08in } –>

You must know that this blog will be half French, half English, this will also simply talk of one specific thing here and there and will not give you an overview of all that happened and all we did.

There will be no dates, but normally it will be in a chronological order, unless I forgot in what order it happened.

Ce Blog sera à moitié en Anglais et à moitié en Français. Ce blog ne racontera pas tout ce qu’on a fait ou vécu, mais prendra simplement quelque moments précis. Normalement ce sera raconté dans un ordre chronologique.

In India, in the train station, to get from one platform to another, you cross on the rails. This would be dangerous in France, but here, when the trains get in the station, they don’t pass the 20km/h, so the danger is minimized. We tried this once, and the Indians got scared for us because the train was coming ( please note that they still cross when the train is that far. Some even collect bottles on the rails while the train is coming. People also throw all their rubbish on the rail, so many rats make the mot of it… Workers also work between 2 rails when the train is coming, and some men wait between 2 rails to get onto the train.) This is just to say we weren’t really in danger, but it’s just because we’re slow tourists. It was quite good fun.

Sur une autre station, 2 mendiants qui travaillaient ensemble ont demandé l’aumône à mon père, qui leur a donné 2 sandwich. Ma mère n’avait pas vu. Ensuite l’enfant demanda à ma mère, qui lui donna quelques roupies (1 euro= 63 roupies). Ensuite la femme vint mendier, et ma mère allait lui donner de l’argent lorsque l’enfant survint et ma mère découvrit qu’ils travaillaient ensemble. Donc elle ne lui donna rien. La femme, dans sa rage contre l’enfant qui lui fit perdre quelques roupies, le frappa violemment. Ensuite elle recommença à nous demander de l’argent, mais parce qu’elle l’avait frappé, on ne lui donna rien.

Once, when we were in a train, a child beggar came in, moving on his knees, as if he was handicapped, and begged for some money. We had no coins, or small notes, so we couldn’t give him anything. Because of this, he started touching Eric’s hair. My mother, taking it for an unkind gesture, got up and made him go. I don’t know how the gesture was actually meant.

Later he came back, standing, and made us a sort of gesture, possibly meant as a curse, so my mother made him go again. He then went back on the station, to wait for the next train.

Nous somme dans un village Indien, ou l’on parle Télugou ( té-lé-gou) C’est un dialecte parlé seulement dans cette partie de l’Inde. Je dis dialecte, mais 90 millions de personne parlent cette langue! Le problème c’est que s’ils quittent cette partie de l’Inde, ils ne peuvent plus communiquer. Quant à nus nous apprenons quelque mots de Télugou tous les jours

In the village, people depend on rain for their crops. If they don’t get 4 good rains every year, then all their crops are lost. At school, we talk of people who win less that 1 Euro per day, here we see people who win between 90 and 130 cents per day, when they can find work. The education for young children costs about 4 Euros, but some people haven’t got enough money. Here the catholic church is very active, some nuns teach in the school, the church gets donations to be able to dig wells, so that the population doesn’t need to depend on rain so much. This year, 60 to 70 percent of the cotton crops were lost because of scarce rain. Here they live off selling cotton, and for some lucky one, they can grow rice. The church also set up a water purifier, because here the water is rich in fluorine, which gives joint pains and deforms the bones( they lower the amount of fluorine through a method of reverse-osmosis). The church also helps to pay for education, and they make tribals aware of their rights in many areas in Inda. In extra news, I learnt to like chess a while ago and made a lot of progress! If Mr. Daniel reads this, I want to tell him that he’s right about the fact that chess is a great game!

Á l’école, on apprend des chants en Anglais aux plus jeunes. Xavier développe aussi des programmes informatique pour apprendre aux enfants à utiliser le clavier.

I’ve discovered what it’s like being famous! Here the children mass at the windows, shouting for us to come! Whenever they are free, they think we are free, and shout for us to come and play. Now I’ve got a sort of fan club, and sometimes it’s really horrible! Most of them are very nice though.

Ici, les gens construisent un centre informatique. Ils vont avoir 20 ordinateurs. Pour l’instant il est encore en construction, ce qui fait que j’ai appris beaucoup sur la construction d’un bâtiment.

My impressions of India, by Eric (voir mon autre blog en français)

<!– @page { size: 8.27in 11.69in; margin: 0.79in } P { margin-bottom: 0.08in } –>

I prefer India to China, specially because in India I am in a village and I experience Indian life. The streets of the towns are not very nice in India, but in the little villages, the view is magnificent and India is very interesting. I have learnt many useful things like: making and cooking chapatis (Indian bread), boiling some buffalo milk, cooking rice in curry, doing the washing up better, organising myself… I have difficulties to communicate with the children because they speak telugu. Each day, we normally go to the school of the village to teach easy songs in English to the little children who are learning English. I have also learnt some interesting things on the village. I think that I would like to live in India and develop a village (for now). I would also like to discover India more and also its traditions. It is very hot in India but we can get used to it in a few weeks. The food is nice but doesn’t change much. The people are nice and their way of life is very interesting. They wash themselves with buckets and a small recipient and are poor compared to Europeans. Some do not always have enough to eat, but it is getting better little by little with the help of priests and donations from America and Germany. I really like the life in India and I have already ridden an elephant.

Mes impressions de l’Inde, par Eric (See other post for english version)

Je préfère l’Inde à la Chine, particulièrement parce qu’en Inde je suis dans un village et que j’expérimente la vie indienne. Les rues des villes ne sont pas très belles en Inde, mais dans les petits villages, le paysage est magnifique et l’Inde est passionnante. J’ai appris plein de choses utiles: faire et cuire des chapatis (pain indien), faire bouillir le lait de buffle, cuire du riz dans du curry, apprendre à faire la vaisselle mieux, m’organiser… J’ai des difficultés à parler aux enfants qui veulent jouer avec moi car ils parlent telugu. Chaque jour, on va normalement le matin à l’école du village pour apprendre des petites chansons faciles en anglais aux petits qui apprennent l’anglais. J’ai aussi appris des choses intéressantes sur le village. Je crois que j’aimerais vivre en Inde et développer un village (pour l’instant). J’aimerais aussi découvrir plus l’Inde et ses traditions. Il fait très chaud, mais on s’y habitue en quelques semaines. La nourriture est bonne, mais elle ne change pas beaucoup. Les gens sont gentils et leur mode de vie très intéressant. Ils se lavent avec des seaux et des petits récipients et sont pauvres comparés aux européens. Certains n’ont pas toujours assez à manger mais cela progresse petit à petit grâce à l’aide des prêtres et des donateurs en Amérique et en Allemagne. J’aime vraiment bien la vie en Inde et je suis déjà allé sur un éléphant.

Bhimanapally, petit village indien

An English translation of this blog has posted on the 15th of November.

Nous sommes depuis maintenant deux semaines à Bhimanapally, ou plus exactement juste à côté de Bhimanapally, dans le bourg de Kammagudem, un tout petit village de 300 familles catholiques, dans l’état d’Andhra Pradesh. Pour venir d’Udaipur dans le Rajasthan, nous avons d’abord fait 5 heures de bus et expérimenté le « confort » des routes indiennes (ce que notre guide décrit a juste titre comme un « bone rattling experience »), puis nous nous sommes embarqués pour 24 heures de voyage en train… Ces 24 heures sont finalement vite passées et nous donnent le temps de lire et de jouer. Xavier s’entraine notamment aux échecs chinois, qui n’ont rien à voir avec nos échecs à nous. Nous admirons le paysage, et buvons du thé indien, épicé et sucré, que nous achetons aux vendeurs ambulants qui sillonnent le train en criant « chaï! ». Nous commandons les plateaux repas qui sont servis dans le train. Le déjeuner n’est pas mauvais, mais au dîner, nous avons le droit au même repas que le déjeuner, mais en moins frais… Aux arrêts, je me rends compte que les vaches sont aussi sur les rails et que certaines se reposent même sous les wagons de train !

En arrivant à Hyderabad, nous sommes accueillis par la famille du Père Ignatius, par qui nous avons découvert ce petit village et été invités à y venir. Le Père Ignatius est originaire de ce village et prêtre aux Etats-Unis. L’un de ses projets pour ce petit village est de construire une école d’informatique, pour que les jeunes du village puissent se familiariser avec l’informatique et trouver plus facilement un métier et pouvoir ainsi gagner leur vie, car la vie au village n’est pas facile et beaucoup de familles sont très pauvres. A l’origine, nous devions aider et enseigner dans cette école d’informatique, mais la construction du bâtiment a pris du retard, par manque d’argent, car les fonds viennent essentiellement des dons récoltés aux Etats-Unis.

Nous pensions passer quelques jours à Hyderabad avant d’aller au village de Bhimanapally, mais les plans ont changé et nous nous rendons directement à Bhimanapally. Pas le temps donc de poster nos blogs et de prévenir nos familles, ni de tirer de l’argent ou de faire de vraies courses. Nous ne savons pas trop à quoi nous attendre et même si nos hôtes parlent anglais, la communication n’est malgré tout pas si simple, l’accent indien n’étant pas toujours facile à comprendre pour nous et notre accent anglais n’étant pas non plus simple à comprendre pour nos hôtes… Après une bonne heure et demi de voiture, nous débarquons dans un premier petit village où l’on nous attend pour déjeuner. C’est la 2ème fois que nous sommes invités dans une famille indienne pour un repas et, chaque fois, nous sommes étonnés par la façon indienne de recevoir, si différente de la nôtre: nos hôtes nous servent et sont attentifs à nos moindre besoins, et ce n’est que lorsque nous avons terminé de déjeuner qu’ils se servent et mangent à leur tour. Nous ne sommes pas encore très habitués à manger avec nos doigts, en utilisant seulement la main droite, et nous utilisons encore la cuillère que l’on nous présente…

Nous reprenons ensuite la voiture et après ¾ d’heure de piste, où nous croisons des villages chaque fois un peu plus petits en nous demandant si nous sommes arrivés, nous apercevons une église. Nous sommes enfin arrivés à Bhimanapally, après 2 jours et demi de voyage… Nous rencontrons le Père Fathima, prêtre du village, qui nous accueille et nous souhaite la bienvenue. Nous sommes logés dans l’ancien presbytère, tout à côté de l’église: une grande pièce où nous cuisinons et prenons nos repas, une pièce où nous installons les 6 lits indiens que l’on nous prête (un cadre en métal et des sangles tissées qui forment le sommier … et le matelas aussi d’ailleurs…) et une petite « salle de bain » avec une arrivée d’eau froide et un seau que l’on remplit et qui permet, à l’aide d’un petit récipient, de se « doucher » ou de « tirer la chasse d’eau ». Shobarhani et Pratap, une famille parente du Père Ignatius, nous accueillent chaleureusement et nous prêtent tout ce qu’il faut pour faire la cuisine: des casseroles, une petite cuisinière à gaz et des assiettes et couverts. Nous avons même un frigidaire, mais l’électricité est coupée une bonne partie de la journée. Je dois apprendre à cuisiner à l’indienne, car il y a peu de ressources ici, et Shobarhani me montre comment cuisiner et préparer le riz, le curry et les chapatis. La base de chaque repas est, en effet, le riz, accompagné d’un curry dans lequel sont cuisinés quelques légumes et très occasionnellement (voire quasiment jamais pour certains) de la viande. Le soir, en plus du riz et du curry, les femmes préparent des chapatis (pain indien sans levain). La région où nous sommes est très aride et peu de fruits ou légumes poussent… Les courgettes sont à peine plus grosses que des gros cornichons et les aubergines ont la taille de nos tomates…

Pour vivre, les gens du village sèment du coton, plante qui demande peu d’eau, car il suffit de 4 bonnes pluies pour que la récolte soit bonne. Les champs sont petits et la récolte (une seule récolte par an) est entièrement dépendante de la pluie. Lorsque nous arrivons, les habitants attendent avec anxiété la 3ème pluie qui n’arrive pas. Sans cette pluie, le coton, seule vraie source de revenus pour beaucoup ici, sera perdu. En fait, maintenant que nous nous acheminons vers l’hiver, saison sèche ici, les chances qu’une pluie survienne sont très réduites et, déjà, certains champs sont en train de se dessécher. Certains habitants savent qu’ils n’auront pas de revenus jusqu’à la prochaine récolte ou qu’ils ne pourront pas rembourser leurs emprunts pour ceux qui ont dû emprunter. Quelques familles ont des puits, ce qui leur permet de ne pas dépendre de la pluie et, petit à petit, le Père Julian, un autre prêtre originaire du village et installé aux Etats-Unis lui aussi, récolte des dons pour faire construire d’autres puits et permettre à d’autres familles de ne plus dépendre ainsi uniquement de la pluie. Nous avons la chance d’assister au forage de nouveaux puits avec le Père Julian, en vacances à Bhimanapally pour quelques jours. Une cérémonie est organisée et nous essayons de nous asseoir discrètement derrière tout le monde, mais bien sûr, on nous fait signe de nous asseoir au premier rang qui a été réservé pour nous… La gentillesse, l’attention et la générosité de tous ici à notre égard est très impressionnante… Le camion de forage est béni et nous partons assister à la percée du puits. Nous sommes invités avec le Père Fathima et le Père Julian dans la maison de la famille qui va recevoir ce premier puits. Il n’y a pas de garantie que le puits soit un succès et donne de l’eau, et même si un maximum de précautions sont prises (un géologue vient étudier le terrain et repérer là où il doit y avoir de l’eau dans les sous-sols), certains forages doivent être abandonnés en cours (roches trop dures) ou ne trouvent pas assez d’eau. Trois des puits creusés ce jour-là sont des succès, mais le 4ème ne donne pas d’eau, malheureusement.

Dans ce village, tous les habitants sont catholiques et de la même caste (il y a environ 5000 castes différentes en Inde). Arrivés en 1919 de la région de Madras, à la recherche de terres cultivables, ils sont venus s’installer dans cette région avec les Pères italiens qui étaient avec eux. Cette migration a été facilitée par les autorités centrales qui voulaient encourager les cultures commerciales de type tabac, piment et coton, cultures que les indigènes ne pratiquaient pas. N’ayant pas le droit de s’installer dans le village hindou, ils se sont installés juste à côté, formant ainsi le bourg de Kammaguden. Aujourd’hui, ce bourg comprend environ 300 familles, soit 2154 habitants. Un tel village, dont toute la population est catholique, est assez exceptionnel en Inde, car les chrétiens ne représentent que 2,3% de la population et normalement, des familles chrétiennes sont installées au milieu de familles hindoues. En général, la cohabitation se passe bien, mais, depuis une dizaine d’années notamment, des chrétiens sont persécutés et tués par des hindous fanatiques, particulièrement dans la région d’Orissa.

A Bhimanapally, les gens sont profondément religieux, d’une façon qu’il nous a rarement été donnée de voir. En fait, on sent que chaque moment de la journée, chaque action, est enracinée dans la prière et tournée vers Dieu. Les vocations issues de ce petit village sont nombreuses: déjà 16 prêtres ont été ordonnés, 25 séminaristes sont en cours de formation et plus de 40 religieuses viennent de ce village. Dès 5h30 du matin, les cloches sonnent et le Père Fathima dit l’Angélus et lit l’Evangile du jour. Son micro s’entend dans tout le village pour tous ceux qui ne pourront pas venir à la messe à 6h30, parce qu’ils doivent partir aux champs ou chercher un travail pour la journée. Pour nous qui sommes juste à côté de l’église et qui ne sommes pas naturellement des « lève-tôt », ce réveil matinal à 5h30 est un peu dur… mais probablement très salutaire… Tous les enfants du village, les pensionnaires de l’école et tous les adultes qui le peuvent, viennent assister à la messe à 6h30 et prier le chapelet à 17h30 dans l’église ou à 19h30 devant l’une des maisons du village. Ce sont les enfants qui mènent les prières et font les lectures et leurs voix fortes résonnent dans l’église. A l’école, les enfants apprennent à lire, chanter et réciter avec une voix qui porte et qui n’a rien à voir avec les petites voix de bon nombre de nos écoliers… Pour nous, il y a quelque chose de très beau et de très fort à écouter ces enfants prier et chanter ainsi chaque jour. Assis en tailleur par terre dans l’église, les pieds nus, nous prions avec eux, dans notre langue, car tout ici se passe en telugu.

Les prêtres de ce village sont très actifs et, petit à petit, essaient d’améliorer le quotidien de chacun. Il y a quelques temps, à l’initiative d’un Père, des maisons en dur ont pu être construites et chaque famille a donc maintenant une maison, avec une ou plusieurs pièces, et non plus une simple hutte, comme c’était le cas pour certains. De même, une arrivée d’eau est maintenant reliée à chaque maison. L’eau de la région contient trop de fluorine et tous les anciens du village ont les articulations déformées et marchent mal. Un Père, grâce à des donations qu’il a récoltées à l’étranger, a fait installer une machine pour filtrer l’eau et éviter ainsi ces problèmes articulaires. Pour les femmes, les sœurs ont créé un atelier de broderie pour qu’elles puissent avoir quelques revenus. Aussi, grâce à l’argent récolté par l’un des Pères, un mini dispensaire, tenu par l’une des religieuses, a été établi: un lit, des médicaments et un kit pour faire des prises de sang et les premières analyses nécessaires. De plus, toujours grâce à ces fonds, un médecin vient maintenant 2 fois par mois visiter le village et traiter les malades, qui auparavant ne recevaient pas forcément de soins.

De même, les deux écoles du village sont tenues par des religieuses ou des prêtres. L’enseignement est essentiellement en telugu, ce qui pose problème pour les enfants, car seul l’anglais permet véritablement de pouvoir trouver un travail plus tard. Les familles qui peuvent se le permettre envoient donc leurs enfants dans des écoles dont l’enseignement est en anglais, en pensionnat, dans des villes plus importantes. L’école primaire, tenue par 7 religieuses, est en train d’inaugurer, depuis cette année, une section de maternelle dont l’enseignement est entièrement en anglais. Nous nous y rendons chaque matin pour apprendre aux enfants des chansons et des poèmes en anglais. Nous adaptons les paroles pour les rendre plus faciles ou plus adaptées à la culture indienne. Ainsi, par exemple, « Old MacDonald » est devenu « Farmer Joseph » et les vaches ne font plus « moo moo », mais « emba », et les chiens « bow pow »… Les religieuses cherchent à obtenir la permission de continuer l’enseignement primaire en anglais, mais curieusement le gouvernement ne fait rien pour faciliter cela, alors que l’éradication de la pauvreté et l’éducation sont soi-disant parmi leurs priorités… Obtenir la permission est un procédé coûteux, qu’il faut répéter tous les 5 ans si la permission est accordée. De même, le collège du village, tenu par un prêtre, cherche à obtenir la permission de pouvoir continuer l’éducation jusqu’à l’âge de 18 ans, ce qui permettrait à tous les enfants du village d’en bénéficier, car certaines familles ne peuvent se permettre d’envoyer leurs enfants ailleurs. Actuellement, l’enseignement dans ce village s’arrête à l’âge de 15-16 ans. Et la construction de l’école d’informatique permettra là aussi de familiariser les jeunes avec l’informatique, pour leur faciliter l’apprentissage d’un métier dans l’informatique plus tard. Il y a en effet beaucoup de débouchés dans le monde informatique dans l’état d’Andhra Pradesh, la ville d’Hyderabad étant souvent surnommée « cyberabad ».

En attendant, l’école primaire a 5 ordinateurs, provenant de dons, mais les coupures d’électricité sont un vrai problème. Xavier crée plusieurs programmes didactiques pour permettre aux enfants de se familiariser avec le clavier, mais pour les installer, il nous manque un fichier que nous pouvons seulement trouver sur Internet. Qu’à cela ne tienne, une demi-heure plus tard, une moto vient chercher Ian pour l’emmener dans une petite ville où se trouve UN ordinateur avec une connection Internet, installé dans un magasin de bracelets. Lorsqu’ils arrivent, il n’y a pas d’électricité… Finalement, l’électricité est remise et Ian trouve le fichier nécessaire, mais la connection est tellement mauvaise qu’il arrive tout juste à le télécharger. Impossible de récupérer nos e-mails ou d’en envoyer, la connection est vraiment trop faible… Pour notre blog et nos e-mails, il faudra attendre d’aller à Nalgonda…

Pour nous, la vie au village est pleine de découvertes et les enfants apprécient visiblement cette vie. Nous apprenons à vivre avec peu, très peu même, comparé à ce que nous avions l’habitude de connaître. L’électricité ne fonctionne pas une bonne partie de la journée (elle est réservée aux usines des villes) et parfois l’eau aussi manque, car la pompe électrique ne fonctionne pas. Les petits magasins (que l’on n’appellerait pas des magasins en France tant ils sont petits) ont peu de produits et nos repas, tous à base de riz, sont très simples, sans aucun luxe… Nous n’avons quasiment pas mangé de viande depuis que nous sommes ici, seulement lorsque nous sommes invités, et les fruits sont aussi difficiles à trouver. Nous savons que ceux qui nous reçoivent peuvent difficilement se permettre de préparer de la viande ou de nous offrir des fruits, et pourtant, à notre grande gêne, tous ceux qui nous reçoivent se mettent en 4 pour nous faire plaisir et nous offrir le meilleur de ce qu’ils ont. La générosité des habitants de ce village, qui n’ont pourtant pas beaucoup, est une vraie leçon… Aussi, partout où nous allons, les gens essayent de se procurer des chaises pour que nous puissions nous asseoir, l’idée que nous nous asseyons par terre, comme eux, semblant beaucoup les gêner. Peu à peu pourtant, ils se rendent compte que nous voulons vivre aussi simplement qu’eux et partager leur quotidien…

Nous adoptons petit a petit les habitudes indiennes et savons maintenant manger avec nos doigts, en utilisant seulement la main droite, et cuisiner à l’indienne (du moins en partie, mes currys n’étant toujours pas parfaits au niveau de leur texture…). Nous suscitons beaucoup de curiosité, notamment celle des enfants, car nous sommes la première famille blanche à venir vivre dans ce petit village. Dès que nous sortons, nous sommes entourés de tous les enfants qui nous touchent et veulent nous serrer la main et nous saluer. Les femmes aussi viennent voir comment je cuisine et nous essayons de communiquer. J’ai appris un certain nombre de mots en telugu, mais la conversation est encore très limitée… Les enfants nous appellent « uncle » et « aunty » et réclament chaque jour Xavier, David, Eric et Amandine pour venir jouer avec eux. Parfois, nous aimerions bien nous isoler un peu quand même, mais nous savons que nous avons beaucoup de chance de pouvoir ainsi découvrir la vie de ce village et d’être acceptés et accueillis ainsi.

Nous participons aux événements du village et depuis que nous sommes là, dans la même semaine nous avons assisté à deux enterrements, un baptême et un mariage. Les personnes décédées le matin sont enterrées l’après-midi même et tout le village est présent. Lors du mariage, la mariée, habillée d’un superbe sari orange et rouge et parée de ses plus beaux bijoux, a les cheveux tressés de fleurs de toutes les couleurs. Le marié, lui, est en blanc. Tout le monde a mis ses plus belles tenues et les couleurs de tous les saris des femmes font une mosaïque extraordinaire. Pour l’occasion, Shobarhani me prête un magnifique sari bleu et m’aide à le mettre en place (pour plus de sécurité, elle ajoute des épingles de sûreté). Une autre femme, Juvitha, estimant que je n’ai pas assez de bijoux, me prête les siens. Amandine a une guirlande de fleurs dans les cheveux, faite par l’une des femmes du village, et sa coiffure est supervisée attentivement par beaucoup. Tout le monde apprécie visiblement de nous voir adopter les habits indiens, et j’apprécie moi aussi de pouvoir me rapprocher encore un peu plus de tous. Amandine a elle aussi sa tenue indienne, une magnifique jupe rose avec un petit haut noir brodé et un foulard rose, qui semble faire l’approbation de tous. Les filles ici, bien que de familles pauvres, portent de superbes tenues, de toutes les couleurs, souvent brodées et décorées de strass et paillettes. Nous avons acheté la tenue d’Amandine avec la famille de Pratap et ils ont négocié le prix pour nous, car acheter au prix indiqué n’aurait visiblement pas été normal… Le prix de départ était de 300 rupees (soit environ 5 euros) et le prix final est de 200 rupees (environ 3,2 euros).

Le niveau de vie de ce pays est très bas comparé au nôtre, ce qui n’a rien d’étonnant, car ici, à Bhimanapally, le salaire d’une journée (quand il est possible de trouver un travail) est d’environ 50 rupees pour une femme et 75 pour un homme (soit moins d’un euro pour les femmes et à peine plus d’un euro pour les hommes…). Il n’y a pas forcément de travail et quand la récolte est perdue, il n’y a pas d’argent et beaucoup doivent acheter à crédit… On comprend que la vie ne soit pas facile pour beaucoup quand le prix du riz, base de tous les repas, est de 27 rupees le kilo, le sucre 21 rupees le kilo, les tomates 16 rupees les 500 grammes, et l’huile 70 rupees le litre… Une journée de travail permet donc tout juste d’acheter 2 à 3 kilos de riz, base de tous les repas, ou un litre d’huile, nécessaire à tous les currys et à la confection et cuisson des chapatis… Un certain nombre de familles ont des buffles ou des bœufs, mais si la récolte est perdue, certaines familles ne pourront pas garder et nourrir leurs animaux et devront donc les vendre.

Un matin, le Père Fathima nous emmène dans un autre village où sont installées 8 familles catholiques au milieu de familles hindoues. Pour y aller, nous prenons un autorickshaw et, nous en avons maintenant l’habitude, nous tressautons joyeusement à chaque bosse de la piste ou des bouts de route… Dans ce village, une église est en train d’être construite peu à peu, mais les fonds manquent… Pourtant, quasiment tout le travail est réalisé par les familles et le terrain a été donné par la première famille catholique qui est venue s’installer dans ce petit village. En attendant, la messe est célébrée sous le porche d’une des maison. Je me demande quelle est la réaction des famille hindoues à la construction d’une église dans le village, mais le Père Fathima nous dit qu’ils apprécient la présence d’une église et d’une vie de prières et qu’ils sont très touchés par l’exemple des 8 familles de ce village. Dans ce village, les sous-sols sont encore plus secs qu’à Bhimanapally et beaucoup des récoltes de coton sont déjà perdues. A la fin de la messe, pourtant, l’une des familles nous invite pour un petit-déjeuner avec curry et semoule. L’hospitalité indienne est toujours si incroyablement généreuse.

Hier, dimanche 2 novembre, nous allons assister à le messe célébrée dans le cimetière. Tout le village est là et beaucoup sont venus d’autres villages pour rejoindre leur famille. Notre présence au milieu d’eux semble encore une fois être très appréciée et nous sommes touchés par leur façon de célébrer ce jour. Des bougies nombreuses brûlent sur les tombes qui sont recouvertes de pétales de fleurs et tout le village a préparé ce moment depuis le matin. Joie et tristesse, sourires et larmes se mêlent. Beaucoup ont perdu des enfants, un mari…et tous sont là pour célébrer ce jour.

Aujourd’hui, 3 novembre, c’est l’anniversaire d’Eric. Le Père Fathima offre la messe pour Eric et, tout de suite après la messe, vient nous rejoindre avec un gâteau qu’il a fait confectionner exprès pour nous. Les religieuses sont là et elles nous ont aussi préparées un gâteau! Eric, qui était très inquiet à l’idée de ne pas avoir de gâteau, impossible à trouver ici et impossible à confectionner pour moi avec les moyens du bord, est rassuré et comblé… Nous sommes d’autant plus touchés, qu’ici, les anniversaires des enfants ne sont pas particulièrement célébrés… Partout, nous sommes accueillis avec générosité et attention, avec aussi un brin de curiosité, et nous savons apprécier cet accueil et cette vie simple que nous pouvons partager.

J’aurais encore beaucoup de choses à raconter, mais ce sera pour le prochain blog, car pour la première fois, demain, nous allons aller dans une ville où nous pourrons avoir accès à Internet (du moins je l’espère) et, du coup, la priorité du jour pour chacun est d’écrire son blog pour qu’il soit prêt à être posté… La ville de Nalgonda ou nous allons demain est à une quarantaine de kilomètres de Bhimanapally, soit près d’une heure trente d’autorickshaw pour s’y rendre… Soyez patients pour les prochaines nouvelles, elles viendront au fur et à mesure de nos opportunités… En tous cas, nous sommes tous heureux de cette vie dans ce village et des opportunités de rencontres et de découvertes qui nous sont ainsi données, et nous pensons bien à vous tous… Merci pour tous vos mails et commentaires que nous espérons bien récupérer demain et lire à loisir dans les jours qui viennent…

Plus de photos sur le post anglais du 15-11-2008