Food in China.

<!– @page { size: 8.5in 11in; margin: 0.79in } P { margin-bottom: 0.08in } –>

Before coming to China I did not really like Chinese food. I always found it a bit disappointing and not very tasty. I was dreading a little bit this part of our world trip. Our arrival in Hong Kong confirmed my worst fears. But then mainland China was a wholly different story.

In China there are no inhibitions at what you can eat. French are mocked at for eating frogs and snails. But in China everything is edible. I actually saw dogs for sale in a local market. It is not just a rumour.

But this lack of inhibition gives rise to an incredible variety of food. The backbone of it all is rice or noodles. Therefore whatever else you eat is not necessary for nourishment but for the delight of the palate. A typical meal consists of three or four dishes and a lot of rice. At the beginning we got it the wrong way round, we would take a bit of rice and a dish each. The dishes would be too large to finish and it wasn’t very varied.

Then we found out how the Chinese do it. The dishes are for everyone. Each person round the table will serve himself a bowl of rice and dip into each dish as he pleases. He might just take a little out of a dish and eat it directly or put it on his rice. This means that you can taste every dish, but you only eat what you like and so don’t waste any food in your plate. Chop sticks are very well adapted to this way of eating as you can reach quite easily and catch as easily a lone pea as chopped onions or anything else.

Now another interesting feature about Chinese restaurants is the freshness of the food. The fish are swimming and the vegetable is freshly picked and waiting to be used. All the food is cooked to order. The speed at which this food is prepared is amazing. The dishes arrive when they are cooked. You shouldn’t expect to get all your dishes together. As they are to be shared, it doesn’t really matter. That way the cook will prepare one dish after another and the food will be perfect when it arrives.

A cultural difference is also that, during meals, it is considered impolite to talk. We were invited to a meal and our hosts begged us to forgive them for having talked to us during the meal.

Will I be able to find this Chinese food when I come back to Europe? I don’t know, but I certainly know what I will be looking for.

Advertisements

L’église catholique en Chine.

L’histoire de l’église catholique en Chine est difficile. Il y a une église souterraine et une église officielle. Nous n’avons pas rencontré l’église souterraine, donc je ne peux pas commenter.

En revanche, nous avons découvert l’église officielle. Elle est officielle dans la mesure où les autorités locales acceptent la présence de l’église. Les deux églises que nous avons vus sont grandes et visibles.

La difficulté pour cette église est double : d’une part, ils doivent obtenir l’autorisation du gouvernement local pour toute activité ou initiative, d’autre part le gouvernement refuse l’ingérence étrangère (voir la Chine et la politique).

Cette seconde difficulté est la plus délicate. En effet, par définition, Catholique veut dire universel. Donc il ne peut pas y avoir de concept d’ingérence étrangère : l’Eglise n’a pas de nation. Le pape, les évêques, les prêtres et les fidèles de l’église catholique sont tous frères. Par leur limitation, les autorités chinoises imposent une division artificielle, inconnue à la religion catholique. Mais dans la pratique, les effets sont bien réels. Le pape est considéré comme un étranger et n’a pas le droit d’intervenir dans l’église en Chine. Les évêques ne peuvent donc pas être nommés par lui. Au mieux ils peuvent être reconnus. D’autre part, seuls les ordres religieux chinois sont possibles. Donc malgré elle l’église en Chine ne peut pas être en communion avec le pape et donc avec l’église universelle.

Mais il y a un point important me semble-t-il. Contrairement aux orthodoxes qui ne reconnaissent pas l’autorité de Rome, ou aux anglicans qui se sont éloigné volontairement de Rome, la non-communion n’est pas une volonté des membres de l’église mais une situation politique subie autant par le clergé que par les fidèles. Officiellement l’église reconnaît la primauté papale en matière de foi et de morale, mais la fierté nationale l’empêche de prendre le risque de l’ingérence impérialiste. En fait le gouvernement essaie d’isoler les chinois des influences étrangères et le clergé nationaliste voit cette volonté comme légitime au vu de l’histoire chinoise.

Les fidèles, eux, veulent simplement vivre leur foi et ne pas faire de la politique. Or s’ils joignent l’église souterraine ils feront obligatoirement de la politique en participant à une organisation clandestine, possiblement impérialiste, et hors la loi.

Dans la pratique il y a beaucoup de jeunes dans les églises que nous avons vues. Beaucoup ont découvert la foi très récemment et ils rayonnent d’enthousiasme.

Le grand espoir est qu’en cas d’évolution politique, l’église en Chine ne devrait pas avoir de difficulté pour reconnaître la primauté papale et être pleinement universelle. Comme nous l’a demandé une vieille religieuse chinoise, il faut que nous priions pour l’église en Chine.

English in China.

English is definitely not enough to get around in China. It is second best to Chinese but it is far off the mark. We realised that as soon as we arrived in Hong Kong. And it just got worse as we went into mainland China.

Nevertheless, it seems to be a political will to encourage young Chinese to learn English. Posters boast about how they can give you a fulfilling life by teaching you English. Being an English teacher in China is a great asset. Schools will pay you well by Chinese standards and help you with sorting out your visa.

Young Chinese children are taught English in primary school, and when they see a foreigner like us they will try out their counting or a more risky “hello”. An all-girls English institute in Yangshuo holds a party every Thursday. The young teenagers go over town and invite any English speaking tourist they can find. The party is for them a way to practise their English.

Now Chinese obviously don’t always ask for help when translating to English. The resulting texts, even graved in stone are quite amusing. “Don’t stick your body outside” is interesting.

China has still a long way to go, but if they keep up the way they are going and accept to ask for some help, in a generation or so, travelling to China might be quite a bit easier… and Chinese will have opened up the world for themselves.

Noise and silence in China.

<!– @page { size: 8.5in 11in; margin: 0.79in } P { margin-bottom: 0.08in } –>

China is a noisy place. Shops have loud music out on the streets, cars are everywhere. Cars, scooters, and buses honk their horns every few seconds. But what is most surprising is the silence of the vehicles. Everywhere there are bicycles, but there are even more scooters present. And the great majority of scooters are electric and totally silent. Buses in Kunming are also fascinating, as soon as they stop they automatically switch off their engines. This means that when you are in a bus at a traffic light or bus stop, there is neither engine noise nor vibrations. Bus stops are quite quiet places.

It is a shame that that is ruined by the honking of horns. In fact when you cross a road you can’t hear scooters coming so they must make noise in some way to avoid collisions (in fact, in a few days, we witnessed two pedestrians run over by silent scooters).

Therefore China, regardless of the noise it makes, can in fact be an example for the rest of the world on silence (if we can hear it through their noise…).

Generations in China.

There is a high sense of generations in China. The older generation is slow paced, loves traditional music and playing games. Going out in a park is quite an experience. Music is played everywhere on traditional instruments. Little groups of three, four or even ten to fifteen players come together to play a tune and sing a song. The groups are sometimes only a few metres away and the tunes clash but it doesn’t seem to bother anyone. But one striking point is that the musicians are not particularly young. In fact the youngest we saw must be in his forties and as for the eldest it is surprising they are still up and about.

In the little town of Yangshuo, in the evening, there was some music in the park and maybe 200 people were dancing. Some in couples and others in groups. They were mostly middle-aged. When we went there with our new Chinese friend, in her early twenties, she dismissed the whole thing as not for young people. The new generation respects their traditions but do not feel bound by them. They like pop music and shopping.

Games are also a very popular activity with the older generations. People are playing. Everywhere. All the stone tables in a park are swamped with players and onlookers. In shops, the shopkeepers play. On the streets, people play.

It is surprising to see such an active older generation attached to their way of life and displaying it very publicly and a younger generation who seems to be going their own way.

La Chine et la politique.

Vaste sujet. Le monde entier a une opinion sur la politique de ce pays. Le parcours de la flamme olympique montre a quel point c’est un sujet sensible. Les droits de l’homme sont bafoués, le guide du routard explique qu’il doit y avoir encore aujourd’hui plus de 3000 personnes exécutées par an. La presse ne peut s’exprimer qu’en reprenant les dépêches officielles pour les sujets sensibles. Les sites Internet sont filtrés ou censurés. La récente crise sur les produits laitiers en est un exemple. Mais qu’en est-il des chinois? Que pensent- ils de leur système politique? Mon échantillon n’est pas représentatif. Mais ce qui m’a le plus surpris est leur appréhension de leur propre politique. Ils savent que leur information est filtrée, mais globalement ils se sentent très libres. Un chinois nous expliquait en toute bonne foi la liberté de religion dont ils jouissent (voir plus loin la Chine et l’église).

Il y a une admiration de Mao. Son portrait est partout, dans les écoles, sur tous les billets de banque, mais aussi dans les mini-bus dans lesquels on s’entasse, le conducteur a une image de Mao comme dans d’autres pays on aurait une image de St Christophe.

Même auprès de jeunes chrétiens, beaucoup ont une admiration pour Mao. Il est considéré comme un des stratèges les plus brillants du XXème siècle et jouit d’une aura équivalente à celle de Napoléon en France.

Les jeunes générations n’ayant pas été confrontées au grand bond en avant, à la révolution culturelle ou à la place Tienanmen dont ils n’ont jamais entendu parler, ont l’impression que leur gouvernement, bien qu’imparfait (hausse des prix, baisse du pouvoir d’achat) est globalement très bien. Mao a permis l’unité de la Chine et la fin de l’ingérence des étrangers. L’ancienne Chine, avec tous ses retards, a été abolie en 1949. Aujourd’hui la Chine est redevenue l’empire du milieu auxquelles les chinois aspirent. L’intégration du Tibet dans la Chine est une question d’unité nationale. Il y a une grande fierté à être chinois et à l’école, on apprend aux enfants à être optimiste.

Ainsi les critiques qui peuvent venir de l’étranger sont mal perçues. Les fondements ne sont pas compris et les Chinois se sentent ainsi agressés dans leur fierté nationale, quand on s’oppose au passage de la flamme olympique par exemple.

En effet, la fierté nationale est un aspect primordial. Les chinois parlent peu de l’international, ils parlent plutôt de l’étranger. Contrairement aux pays européens dont je viens, ici il y a très peu d’immigration. Je n’ai pas vu de noirs ou d’arabes vivre ici, et les blancs qui vivent en Chine n’y sont professionnellement que pour quelques années au plus.

L’histoire de la Chine est marqué par une grande crainte de l’étranger qui ne respecte pas les traditions ancestrales de la Chine.

Ainsi le parti communiste, en place depuis le 1er Octobre 1949, exploite à fond la fibre nationale. Les exemples abondent. Il y a quelques jours les Chinois ont lancé leur troisième fusée habitée dans l’espace avec une première sortie humaine programmée.

La presse internationale était invitée, le président chinois et de nombreux dignitaires étaient à la station de contrôle. Discours et félicitations se sont succédés. Il était difficile d’imaginer une telle fierté. Mais cette fierté se retrouve dans les nouvelles de tous les jours. On ne parle pas des difficultés ou des problèmes de la société, mais seulement des solutions brillantes qui ont été trouvées par le peuple, les entreprises chinoises ou le gouvernement.

Toutes ces nouvelles positives éloignent la morosité que l’on trouve dans les nations européennes, où pour toute bonne initiative il y a une bonne critique, et où toute victoire de l’un est ressentie comme la défaite d’un autre.

Ici, par exemple, même le scandale du lait frelaté, dénoncé à l’étranger, est présenté comme une crise gérée avec rigueur et professionnalisme.

Ici tous participent à la fierté d’être chinois.

Mais cette fierté est construite aussi contre l’étranger. Dès que celui-ci a quelque chose à dire, c’est perçu (ou présenté) comme une ingérence impérialiste. Ainsi les meilleures intentions qui peuvent venir de l’étranger sont déformées par la méfiance naturelle des Chinois.

Ainsi le point le plus frappant est de voir que l’ignorance historique et politique récente, couplée à une fierté nationale, est la source de beaucoup de sérénité et d’optimisme pour les chinois.

Cette sérénité leur permet de critiquer leur gouvernement dans des lieux publiques en parlant à voix haute et intelligible, car fondamentalement ils font confiance à leur gouvernement qui les protège de l’ingérence impérialiste étrangère, et fait de la Chine la grande nation qu’elle mérite d’être.

Entre voyageur et touriste, impressions de Chine.

Un petit mois en Chine, c’est trop peu pour comprendre ce pays immense. Tel le bruit de la ville qui submerge le nouveau venu, il faut du temps pour distinguer un semblant d’ordre dans toutes ces sensations nouvelles qui nous submergent.

Je ne connaissais pas la Chine, et je ne la connais toujours pas. Mais quelques touches de couleurs ressortent de notre immersion dans le pays.

Je ne regrette pas le choix de nous laisser porter par la Providence et prendre chaque jour comme il vient. Mais ne pas parler la langue, ne pas lire l’écriture, ne pas comprendre les gestes et ne pas connaître les us et coutumes de la vie de tous les jours est une expérience unique pour se laisser surprendre et ravir.

Cette série de posts sont donc autant d’impressions ressenties dans ce merveilleux et étrange pays qu’est la Chine.