Réponse au quizz du 9 janvier – Answer to the quizz

Bravo Laura, tu as trouvé la bonne réponse!

Il s’agit d’un casoar, et plus particulièrement d’un casoar à casque, que l’on trouve dans le nord du Queensland en Australie, dans les forêts tropicales pluviales (rainforests)..

Le Casoar est un oiseau proche de l’émeu et de l’autruche. Il ne peut pas voler, car il n’a que deux moignons à la place des ailes. Il peut peser jusqu’à 60kg et mesurer 2 mètres de haut. Il court vite (sa vitesse peut atteindre 50km/h), tête en avant à travers les arbres, protégé probablement par son casque osseux. Pour se défendre, le casoar est doté d’une griffe longue de 12cm sur chacune de ses pattes. Grâce à cette griffe, le casoar est capable de sauter en l’air et de blesser mortellement son adversaire d’un seul coup de patte.

Le casoar se nourrit essentiellement de fruits (plus de 75 sortes différentes), qu’il avale entier sans les mâcher, ainsi que de graines et de baies. Il mange aussi certains champignons, des insectes et des grenouilles ou autres petits animaux, et est donc réellement omnivore.

Il joue un rôle essentiel dans l’écosystème de la rainforest, car les graines qu’il rejette dans ses excréments sont disséminées un peu partout dans la forêt. . Le casoar est ainsi responsible de la dissémination de près de 150 plantes différentes! Une vingtaine de graines dépendent même entièrement du casoar et ne germeront que si elles sont passées à travers le système digestif du casoar! Une grande responsabilité pour cet oiseau si particulier…

Le casoar est menacé d’extinction et on estime qu’il reste moins de 1500 casoars dans le nord du Queensland. C’est donc une espèce protégée.

Well done Laura, you have found the right answer! It is not a surprise, since you and David are real “nature encyclopedias”.

This is a cassowary, a southern cassowary, which can be found in north Queensland, in Australia’s rainforests.

The Southern Cassowary is the third largest flightless bird on the planet, smaller only than the Ostrich and Emu. It can weigh up to 60kg and measure up to 2m tall. They can run up to 50 km/h (31 mph) through the dense forest. The cassowary has a very sharp claw on each of its feet; this dagger-like middle claw is 12 cm long and is particularly dangerous since the cassowary can use it to kill an enemy, disemboweling it with a single kick.

Cassowaries feed mainly on fruits (more than 75 different types of fruits), though they are truly omnivorous and will take a range of other plant food including shoots, grass seeds and fungi in addition to invertebrates and small vertebrates..

They swallow the fruit whole, digesting the pulp and passing the seeds unharmed in large piles of dung, distributing them over large areas throughout the rainforest. In total, they are responsible for dispersing about 150 different rainforest plants. At least, 20 different rainforest seeds will only germinate after they have been through the cassowary’s digestive tract. This makes cassowaries extremely important for the rainforest diversity.

With only about 1500 cassowaries left in North Queensland, they are classed as endangered species .

Nos derniers jours en Australie

Après la Grande barrière de Corail, nous continuons à remonter vers Cairns. Les distances dans ce pays sont immenses et nous aurons parcourus près de 3600 kilomètres rien que dans le Queensland. En rajoutant les 1200 kilomètres parcourus en Nouvelle Galles du Sud, cela fait une belle moyenne en un mois seulement… Les journées en voiture sont parfois longues et souvent un peu fatigantes, mais c’est la rançon a payer pour pouvoir retrouver tous nos amis… Heureusement, les paysages sont magnifiques et nous faisons attention de faire des pauses de plusieurs jours dans des endroits sympathiques. Nous passons notre premier janvier tranquillement au milieu des champs de canne à sucre…. Puis nous remontons sur Atherton, une région volcanique couverte de forêts tropicales superbes, que nous avions déjà un peu explorée à l’aller et qui nous avait beaucoup plu. Cette région est l’une des rares où se trouvent à la fois des plantations de café, de thé, de canne à sucre, de bananes et de mangues… Nous décidons d’aller visiter une plantation de café. Nous avons du mal à rallier l’enthousiasme des troupes, qui préfèreraient passer la journée à se reposer… Finalement, tout le monde vient et profite de la visite. Nous avons le droit aussi à des dégustations en fin de visite et pour toute la famille, à part pour Ian qui aime réellement le café, c’est plutôt un concours de grimaces qu’une dégustation… Mais nous sortons tous heureux de cette visite et un peu plus instruits sur le café… Pour aller se rafraichir, nous allons ensuite nager dans un grand lac. La nature ici est vraiment magnifique et extraordinaire! Sur le chemin du retour, nous apercevons un cinéma «drive in »: ici, on rentre avec sa voiture et on regarde le film depuis sa voiture… Il y a le film Australia et nous décidons d’essayer (nous l’avons déjà vu avec Ian, mais les enfants ne l’ont pas vu). Les enfants sont ravis et c’est une nouvelle expérience à notre palette…

Le lendemain, le ciel est couvert et menaçant, mais nous voulons aller explorer un ancien cratère. Une petite marche dans la forêt tropicale nous permet d’aller admirer cet immense trou, profond de plus 70 mètres au moins. Chaque fois que nous pénétrons dans ces forêts tropicales (rainforests), nous sommes surpris par le bruit incessant, où se mêlent les orchestres de grenouilles, d’insectes et d’oiseaux. De temps en temps, des cris d’oiseaux un peu plus vifs se font entendre. A cela se rajoute le bruit de cascades et de cours d’eau. Nous apercevons de gros lézards qui se dorent au soleil (qui a bien voulu réapparaître) et profitons de ces instants magiques qui nous sont donnés. A la fin de notre balade, les nuages ont réapparu et, à peine sommes-nous rentrés dans la voiture, qu’une pluie torrentielle s’abat sur nous. Les enfants voulaient aller dans un lac de cratère pour nager, ils sont toujours partants malgré la pluie, nous y allons donc. Une fois sur place, seule la moitié de la famille est toujours décidée… Ian, David et Eric vont nager pendant que le reste de la famille attend bien au sec dans la voiture… Ian revient pour me dire qu’il y a un gros serpent juste au-dessus de là où ils ont posé leurs chaussures. Je me décide à sortir pour aller faire une photo, rien que pour vous… et rentre trempée, mais impressionnée par la taille du reptile. Lové sur lui-même, bien à l’abri de la pluie, noir avec des tâches jaunes, il est superbe (et dangereux???). Nous rentrons sur Atherton et, toujours sous une pluie battante, nous nous arrêtons près d’une plateforme d’observation pour essayer d’apercevoir des ornithorynques (« platypus » en anglais, nom un peu plus facile à prononcer et à écrire et un peu plus sympathique à mon goût pour décrire ces petits animaux si particuliers…)… En silence, nous attendons. Heureusement, la plateforme est couverte et nous sommes bien abrités. Nous apercevons des petites têtes, mais vu la lenteur avec laquelle ces petites bêtes se déplacent, nous imaginons que ce sont plutôt des tortues… Nous apercevons aussi un serpent d’eau tout noir… Cela fait 3 serpents en deux jours, en comptant celui qui est passé juste à côté des pieds de Ian (qui était en sandales) et qui mesurait bien au moins 1,5 mètres… Après pas mal de temps passé en silence à observer la rivière, nous sommes sur le point d’abandonner lorsqu’un australien arrive et nous dit d’attendre encore quelques minutes, car c’est vraiment le bon moment pour les apercevoir. Moins de 5 minutes plus tard, nous apercevons notre premier ornithorynque (nettement plus rapide que nos tortues, il n’y a aucun doute). Quelle chance! Nous discutons avec cet australien. Probablement retraité, il a trouvé un travail où il garde une vieille gare et est ainsi logé. Il vient tous les soirs admirer ce petit coin de rivière et connait toutes les plantes et animaux du coin. Il respire la joie de vivre et est particulièrement heureux de son sort. Nous repartons gagnés par sa joie et sa bonne humeur. Dès demain, nous prendrons l’avion pour aller découvrir notre nouvelle destination: la Nouvelle-Zélande…

I love Australia, by David

I love Australia. It’s a fact. Later, I want to live there. I have to admit that with its size, there are all sorts of landscapes, so that everyone can like this place. It’s hard not to love Australia with its animals, magical koalas and kangaroos, lizards, snakes and many other fantastical creatures which are unfairly less known. Who knows the kookaburra, cockatoo, tree kangaroo, bottom-breather tortoise, water dragons, etc. The list would be endless. All these animals add to the charm of Australia. But that’s not what is the most attractive of Australia. All this would be nothing without its people and friendly atmosphere. People here know how to make you feel welcome. Other people in other places have made us feel very welcome, but here, even sellers could make us feel welcome. People would start small conversations, just for a friendly chat. I felt very happy/welcome in Australia. It’s this more than all the rest, that made me love Australia. The Australian government also had made some nice arrangements, like driver reviver, where you could stop to take a free drink. This was to avoid drivers to drive for too long, so that they wouldn’t get sleepy and have a crash. We also met some very good friends in Australia.

The great barrier reef and other Australian wonders are but a small addition to this. They are wonderful, but not the most important.

I have to say, I love Australia.

Australia, by Eric

Botanical gardens and the Sydney Opera:

We were in the superb botanical gardens of Sydney! Inside there was the Sydney Opera! I really wanted to see it after knowing that it was the great monument of Sydney. We walked through magnificent plants. One had yellow pollen that stuck like paint and my big brother and sister put some on their face. Then my mother told them it would be hard to wash and my sister started rubbing her face to take it off. It was funny. We saw a giant tree that was home to numerous animals. We heard and saw many cockatoos: white birds. And different birds. I wanted to see a kookaburra and hear it shout because they were reputed to laugh. Unfortunately I didn’t see or hear one. We passed enormous trees and beautiful and colorful plants. In a big tree there was a big ball of fur which was maybe a koala! I was very excited! It was maybe the first koala I saw in my life! When it didn’t move we went away uncertain if it was a koala or not. We then strolled by the sea and arrived at the Sydney Opera! It was like in photos I had already seen. Here I could see it with my own eyes! It was giant and magnificently built. In front of it was a sign explaining how it was built. Beside the Sydney Opera we could see Sydney harbor bridge! It was a giant bridge and people were climbing it! We looked at the small figures climb the giant bridge. I would have wanted to do the same thing but we couldn’t. The next day we came back and went in an exposition of mountain plants and we saw carnivore plants! Some seemed like small long baskets filled with water. They ate insects when one would come and swallow it when it was in the water. Others had mouths with teeth and when insects touch a sensitive part they would close their mouth and eat. I tried to trigger one but it must have know it wasn’t an insect or I hadn’t touched a sensitive part. My brother succeeded in triggering a carnivore plant with a thin stem. We saw plants of yellow and purple. Going out of the exposition we saw a big lizard of about 70 cm! It was the biggest one I had ever seen! I saw its tongue as he opened his mouth! We stayed till it disappeared under a rock and continued our walk We saw other extraordinary plants and finished our walk in the Botanical gardens.

Blue mountains:

We were going to the Blue mountains in our rented car. In the Blue Mountains were the Three Sisters: mountains naturally shaped. The parking we needed was expensive, so we decided to find another parking. We ended by arriving at a few hours walk from our start point! We parked and started walking. My brother and I went quicker than the rest. Because my parents did long stops at the view sites. There were stairs and at the bottom of them after a bit of path was a waterfall! It wasn’t very impressing because of the other waterfalls I had already seen, especially compared to the one in South Africa. Then there were new stairs this time going up. On the way up my brother found an echidna: a type of porcupine! We all stopped to see it disappear in the vegetation and take photos. We then continued our walk. I arrived at our start point and waited for the other ones to arrive as well. My father took the longest because he had been talking to other people. Then we started our real walk. We first got to the giant stairways descending a cliff towards a forest surrounding the three sisters’ mountain. We descended the steep stairs stopping occasionally at the views. I heard some bells ring which actually were birds! At the bottom my brother had already continued to walk. As it was lunch time we gathered and found an eating place and ate what my parents had brought After we continued and I was given permission to go to the end directly without stopping to wait! I walked for a long time and finished at the same time as Xavier. I waited by looking at the train we were going to go on. It climbed and descended a really steep path! When my family came we went on the train! At first it went up diagonally quite quickly then it started going vertically! It was super! Like a small roller coaster! We went up looking down and it was finished. It was too short. Like a small pleasure which finishes. We had also finished our trip in the Blue mountains.

WaggaWagga:

WaggaWagga means place of many crows. It was the place where my parents had been fifteen years ago and where my big brother was born! The first thing we did was see the house where they lived! It hadn’t been demolished. There was still the tree my parents knew and the same house! It was a small house because at that time I wasn’t born. My parents explained to us the rooms. My sister then walked towards the door and a women then opened it and seemed surprised by our presence. She then asked us what we were doing, and we explained. We took a photo of us all in front of the house and departed. We then went in front of the hospital where Xavier was born! We passed it and my parents remembered old souvenirs. We also passed the cathedral he was baptized in!

Amanda and Father Murphy:

We went to Amanda’s farm. She is a friend of my parents. She lives on a farm and has 4 young children. Some people sometimes come to help manage the farm. It was a giant place, there were horses, goats and kids, geese, ducks, dogs, a black and white cat and an enormous and hairy pig! The first thing we did was see the pig. I climbed on him! It was a dream! Seeing a pig was good, but climbing! I was very pleased to have the privilege to go on a pig. When at the end depart was needed I sadly came off fearing it to be the last time I was so privileged. We then fed the horses and I was able to make one eat directly from my hand! (spilling loads). It started to rain and then poured hard and water rushed down to hit us, as we went back to shelter. Fortunately, it stopped quite quickly. I went out and saw a constructor working. I went close to look for a while. After a few minutes he asked me to help him! So I helped him till dinnertime. I helped him to cut wood, to draw lines, to find the tools, to check things and to carry some tools. It was really fun! When it was dinner, I stopped to eat, it was delicious! Next day, we went to see Father Murphy. He is the priest who baptized Xavier. I was very surprised of how he looked because I hadn’t imagined him like that. He took us to see different churches. One of them was made entirely of compressed earth! Another one had a garden with crosses everywhere. We then bought some catholic books and had an ice cream. We also had lunch. In the afternoon we went back to the farm and I went once more on the pig!

Car breakdown:

We were in our car. Suddenly a strange noise in the engine happened. Our car started to slow down! My dad tried to accelerate but nothing worked! He veered to the side of the road as the car stopped completely! We went out with our small bags and jumped over the fence! We then climbed down a steep path. My dad called the road assistance. My brother started to make a shelter. We ate some bread and cheese. After hours of waiting, a big truck came and took our car. We climbed in and waited.

The next day, we flew to Cairns.

Crater:

We went to an old crater. It was filled with water and fish lived there. There was a platform a few meters from the land. I swam at first as my brothers and father jumped into the water with loud crashes and splashes. I tried to jump into he water eyes closed and expected to touch the bottom with my foot at least. I didn’t. I marveled at the depth of the crater. I then pushed myself down in the water from the platform and didn’t touch the bottom! I then jumped again and dived. It was super!

The Doig’s family:

At last my most wanted moment came! The Doig’s family and their ten children: Emelda, Angus, Harold, Brendon, Francisca, Andrew, Claire, Bernadette, Patrick and James. I mostly played with Angus and Brendon. With Angus I played monopoly and risk and sometimes chess. Each game I won. It became boring after long games and I started playing with Brendon. At first he asked me if I wanted to swim in a mud bath. I went with him and my brother and we had a fun mud fight. I pushed aside the mud in the water to get some more sticky mud and changed it to ball which I mainly threw at my brother. Aftersome time went past we ended our mud fight. This became a habit. Angus was displeased with Brendon because he said he was “stealing” me. One day we brought boards to the river dam and I used them to protect myself from missiles and collected the mud on the board which hadn’t slipped off to make my missiles and throw them. Christmas came. I became worried with the fact I had nothing to give. The Doig’s father gave out the presents at nine in the morning. I was a bit sad I had nothing to give even as I received unexpected presents. They were unexpected because I was prepared to receiving nothing apart from a few sweets. But I got a “sock” for my MP3 I got for my birthday in India and a boomerang that I had hoped for but had never expected to have. We then had lunch. We were around a long table. We were 17 gathered around the table. We each had a cracker and popped it open. Inside there was a crown, a joke and stickers. We then fitted our hats and ate. There was ham, turkey with additional gravy, baked potatoes, pumpkin, sweet potatoes, peas, beer and ginger beer, cans of fizzy drinks and for desert a giant Christmas pudding. There was lots of food and drinks for everyone. At the end their was a lot left and a lot of Christmas pudding. We then played with our gifts and everyone’s gifts. Harold and Angus got guns which shot noisy bullets. Angus or Harold received a missile shooter and everyone tried it and shot people. They also got water guns. We played with the water guns and metal shields. We also saw Prince Caspian. I was too busy playing to notice Kung fu panda. The next day we went to the swimming pool in somebody’s garden We jumped on a trampoline, swam in the water, wet people with guns and ate a delicious banana cake with icing. The last day came and we parted, sadly.

Great Barrier Reef:

We went to the Great Barrier Reef. We went on a boat for three hours and had a mid morning tea. A photographer was taking a video of the day and asked me to act. I happily did. When we came in view of the barrier reef and the long type of boat anchored in the water I waited impatiently ready to jump out. I waited till we anchored to the pontoon and went out. As my family had chosen to do the semi-submarine first, I followed It is a boat which doesn’t really go under water but which has a bottom with glass windows. We looked for half an hour spotting fish and coral. We then went out and prepared for snorkeling. We also put an anti-stinger suit. When we were ready, we swam on the top of the water with our head in and our tube popping out. I saw magnificent fish and superb corals. I couldn’t go under water much because I wasn’t diving but still I could do and see a lot. I touched jelly fish and tried to catch a fish but they swam too quickly for my slow movements. I was with my Dad and he popped in the water with his tube! I stayed on the surface of the water. Sometimes my tube would fill with water and I would have to empty it. I went to a second type of long boat which was still smaller but it was closed, so I had to go all the way back with my Dad stopping at moments on a floating rectangle tube. When lunch time came, I took my equipment out and ate. Everything was cold but it was nice. Afterwards I went back in my equipment and swam a bit on my own. When the whistle was heard we had to go back to the boat. Getting out, we saw a sea turtle swimming. We then went back in the boat which went away from the snorkeling and diving boat and we went back home. On the way back, there were muffins and tea and lots of fruits. After about ten minutes the film of the day arrived. I saw myself a few times in it and saw a whale which was false. Then there were photos of the day. When we came to the port everything was finished.

Un petit quiz pour nos plus jeunes lecteurs (et les moins jeunes aussi d’ailleurs…)

Quel est le nom de ce drôle d’oiseau que l’on voit sur les photos et pourquoi est-il si important pour les forêts tropicales australiennes?

Vous pouvez poster vos réponses sur ce blog. A vos claviers, prêts, partez!

La Grande Barrière de Corail, par Amandine

Un matin, on s’est levé très tôt pour aller sur un bateau. Quand on est arrivé, on apercevait la Grande barrière de Corail, qui était d’une couleur différente. On est sorti, et on a été dans un sous-marin et j’ai vu beaucoup de poissons et de coraux de toutes les couleurs. Les coraux ressemblent un peu à des pierres ou à des plantes, mais en fait ce sont de petits animaux. J’ai vu une tortue de mer qui était verte dans l’eau. Quand on est sorti du sous-marin, j’ai mis un costume, qui couvrait même mes mains, un masque, un tuba et des palmes, et aussi un gilet de sauvetage. J’ai été dans l’eau. J’ai mis ma tête sous l’eau et je devais respirer avec ma bouche, et c’était difficile. J’avais un peu peur, mais j’ai quand même vu de beaux poissons sous l’eau et des méduses à côté de moi. On ne voyait pas très bien les méduses, car elles étaient transparentes. J’ai vu un gros poisson de 1 mètre. Puis je suis remontée sur le bateau, comme j’avais trop peur. Et je me suis assise a côté du restaurant. Une dame est venue et on a parlé. Elle m’a demandé si je voulais une boisson et elle m’a ramenée de l’eau et une bouteille de coca-cola. Après, quand ma famille a fini de nager, on a mangé un très bon repas et après toute la famille est retournée nager. Je suis allée dans un endroit sous l’eau, mais dans le bateau, et je pouvais voir des poissons. C’est là où j’ai vu le poisson de 1 mètre. Il était grand et gros et tout gris. Après je suis retournée dans le sous-marin avec mon grand-frère Xavier et c’est là que j’ai vu la tortue de mer. Ensuite, il fallait se préparer pour repartir dans le bateau. On avait le droit de garder l’embout du tuba, alors je l’ai gardé pour le montrer à mes amies et pour me souvenir de l’Australie. En revenant dans le bateau, on a eu un grand goûter avec des fruits et plein de gâteaux au chocolat et j’ai bu du thé.

Je suis revenue à la maison et je me suis baignée dans une piscine. Et après, on a fait la fête pour 2008, et maintenant on est en 2009.

Un 31 décembre extraordinaire et inoubliable…

Et voilà, nous sommes déjà en 2009… Nous avons presque un jour d’avance sur la France et c’est assez drôle de penser que nous sommes en 2009 alors qu’en France, c’est encore l’année 2008… Déjà, lorsque Xavier est né, en 1993, nous avions expérimenté ce décalage horaire de façon spectaculaire, puisque Xavier est né un 12 octobre en Australie et que, lorsque nous avions appelé en France pour dire qu’il était né le 12, nous nous étions entendus répondre qu’il n’était que le 11 en France…

Mais sans plus tarder, voilà un petit aperçu de nos dernières aventures. Tout d’abord, un grand moment pour nous: retrouver nos amis après plus de 15 ans… Leur famille s’est bien agrandie: ils avaient 5 enfants, ils en ont maintenant 10… La nôtre aussi s’est agrandie, mais de façon moins spectaculaire… Nous retrouvons Richard et Mary avec joie, et les enfants sont ravis de pouvoir avoir des amis de leurs âges. Tout de suite, le contact entre les enfants se noue et pendant plus d’une semaine, nous ne les verrons pratiquement plus… Ils sont trop occupés à profiter de cette pause et de leurs nouveaux amis. Nous passons ainsi de belles fêtes de Noël sur cette « ferme » : située exactement sur le Tropique du Capricorne, la propriété, assez typique pour l’Australie, et même plutôt petite selon les standards australiens, fait plus de 700 hectares… inimaginable en France! Plus de 200 vaches sont éparpillées sur ces 700 hectares, et, pour faire le tour de la propriété, il faut soit monter à cheval, soit prendre le quad, car il n’y a pas vraiment de sentiers… Les paysages sont superbes et sauvages, et comme toujours nous sommes surpris par l’immensité qui s’étend devant nous. Richard nous emmène sur son quad pour visiter un peu la propriété. Cramponnés à l’arrière, nous essayons tant bien que mal de rester assis… Il fait toujours aussi chaud et on comprend bien pourquoi les australiens portent toujours un chapeau, ces chapeaux de « cow-boy » que les enfants aimeraient bien ramener en France… Pour Ian et pour moi, c’est notre 3ème Noël en été, mais les enfants, et notamment Amandine, ont du mal à se dire que nous sommes en pleines fêtes de Noël. Nous allons nous baigner dans l’océan. L’eau est incroyablement chaude et nous nageons sous la surveillance d’une équipe de sauveteurs de choc, digne des séries télévisées de « baywatch »… Nous sommes en pleine « stinger season », la saison des méduses, et le contact avec certaines de ces méduses peut être mortel! Si on rajoute le fait qu’il peut aussi y avoir des requins, on comprend l’importance de cette surveillance… L’Australie a plein de petites bêtes sympathiques de ce genre: méduses, requins, poissons pierre, crocodiles d’eau douce et crocodiles d’eau de mer (encore plus grands et plus dangereux que les crocodiles d’eau douce), serpents venimeux dangereux et araignées dont la piqûre est mortelle… Il y a même des plantes et des arbres dangereux. Bref, il vaut mieux se renseigner avant de nager dans un point d’eau et choisir les zones surveillées pour se baigner en mer…

Après cette belle pause très appréciée, nous reprenons la route le 30 décembre. Nous avons un rendez-vous un peu particulier le 31 décembre que nous ne voulons pas rater… Mais trêve de suspens, il est temps de tout vous raconter. Nous avons passé ce 31 décembre sur la Grande Barrière de Corail. Après 3 heures de catamaran, nous arrivons sur la Grande Barrière de Corail. D’abord un petit tour en semi-submersible pour découvrir un peu les fonds marins: les coraux et les poissons se laissent découvrir à travers les fenêtres qui tapissent le fond du « sous-marin ». Puis, sans plus tarder, nous enfilons nos combinaisons pour nous protéger des méduses, chaussons nos palmes, enfilons nos masques et tuba et nous laissons glisser dans l’eau, au milieu d’une multitude de petites méduses, peu dangereuses nous l’espérons… Tout de suite, nous sommes émerveillés de ce que nous découvrons: des coquillages géants, à-demi entrouverts, et aux franges de toutes les couleurs: violettes, vertes, bleues, etc., des coraux de toutes les formes et de toutes les couleurs et des poissons aux couleurs vivres de toutes les tailles: de tous petits poissons bleus électriques, des « butterfly fish » jaunes, blancs et noirs, des petits poissons rouges, des poissons couleur arc-en-ciel, et le célèbre « Nemo » ou poisson clown… Quelques très gros poissons viennent voir de plus près quels étranges créatures palmées ont l’audace de venir troubler leurs eaux… J’aperçois même une raie tachetée à la longue queue effilée… Quelle chance! Nous ne voyons pas filer les heures, trop occupés à nous émerveiller de ce spectacle incroyable, de ce monde sous la mer que nous découvrons vraiment pour la première fois. Après plusieurs heures et un copieux repas, il est temps de repartir. Une tortue de mer vient nous saluer… Quelle journée! Nous rentrons au motel et nous baignons dans la piscine, encore tout emplis de ce moment magique que nous avons passé et que nous aimerions prolonger…Un petit réveillon festif et une bonne nuit et nous voilà en 2009…

A tous, nous vous souhaitons nos meilleurs vœux de bonheur, de santé, de réussite et de paix pour cette année 2009.

De Sydney à Cairns en passant par Wagga Wagga

Sydney… Ville extraordinaire! Le soleil, la mer, les espaces verts un peu partout, les monuments “phares”, tels le superbe Opéra de Sydney, le pont qui traverse le port de Sydney, la tour de Sydney qui domine toute la ville, la vieille bibliothèque et ses anciens volumes reliés, le magnifique centre commercial de Queen Victoria, les fontaines et l’animation du port de Darling Harbour.. Tout contribue à faire de Sydney une ville où il fait bon flâner et vivre. Les enfants sont d’autant plus conquis que nous venons de vivre plusieurs mois où nous avons dû faire attention à tout et où la pauvreté et la misère, et la saleté aussi parfois, ont été particulièrement visibles. C’est en arrivant à Sydney que nous nous rendons compte que nous avons bien besoin de nous reposer et de faire une pause dans un pays plus “normal” pour nous… Les enfants ont tellement pris l’habitude de faire attention à l’eau et à la nourriture, qu’ils n’osent pas se brosser les dents avec l’eau du robinet ou manger des fruits et des crudités en les lavant simplement, et ils s’émerveillent de ce « nouveau » confort… Depuis le début de ce voyage, les enfants, et notamment Amandine, nous ont surpris par leur facilité d’adaptation à tous ces détails contraignants et par leur sens des responsabilités. Avant chaque nouveau pays, nous discutons avec eux de tous les risques inhérents au pays, sans leur cacher les faits (nous faisons quand même attention à ne pas trop inquiéter Amandine), et pouvoir compter sur eux et sur leur sérieux facilite grandement les choses.

Retrouver le confort d’une douche chaude et d’un matelas moelleux n’est pas désagréable et nous savourons les plats que nous n’avons pas gouté depuis plusieurs mois… Nous n’avons pas encore mangé de riz de nouveau (3 mois à manger du riz matin, midi et soir font qu’une petite pause n’est pas désagréable…). Nous sommes heureux de retrouver Sydney et de faire découvrir cette ville, que nous aimons beaucoup, aux enfants. La décontraction australienne est très agréable et le rythme de vie très reposant. Après une bonne semaine passée à Sydney, nous louons une voiture pour pouvoir aller à Wagga Wagga, ville où Xavier, notre ainé, est né. Nous sommes un peu étonnés de voir l’âge de la voiture que l’on nous donne: datant de 1995, elle a plus de 280.000 kilomètres au compteur… Mais, après tout, nous sommes en Australie (notre toute première voiture, achetée en Australie il y a 15 ans, avait déjà plus de 200.000 kilomètres au compteur et nous l’avions revendue avec plus de 250.000 kilomètres…), et il n’est pas facile de trouver des voitures suffisamment grandes pour nous tous… A bord d’une voiture, nous retrouvons un autre sentiment de liberté: nous pouvons aller où bon nous semble et nous arrêter au gré de nos découvertes et envies, et ce encore plus facilement que lorsque nous dépendons des trains, bus ou rickshaws…

Nous allons d’abord un peu à l’ouest de Sydney pour nous promener dans les Blue Mountains. A perte de vue, des montagnes couvertes de forêts à la végétation luxuriante. Dans le lointain, les montagnes paraissent bleues. Tout comme en Afrique du Sud, l’immensité du paysage nous oblige à un peu d’humilité… Nous ne sommes que de petits points dans ces forêts magnifiques. Nous démarrons notre marche près des « Three Sisters », 3 cheminées de fées qui surplombent les montagnes boisées. Après avoir descendu les escaliers géants en pierre, nous nous retrouvons dans la « rainforest ». Il fait presque sombre, les arbres fougères, les lianes et les autres plantes exotiques cachant le soleil et le ciel, plutôt menaçant ce matin d’ailleurs. Nous sommes presque seuls et pouvoir marcher ainsi nous fait beaucoup du bien. Xavier marche en tête, pour pouvoir penser et méditer tout à son aise… C’est notre grand « penseur ». Il aime et recherche ces moments en solitaire, notre adolescent… Il ne cesse de grandir et de s’interroger sur le monde et ce voyage est sûrement un grand « accélérateur » pour forger son caractère… Ensuite, suivant Xavier de loin, vient Eric, le moins « accroc » à la marche. C’est notre « mathématicien »… Déjà l’année dernière, nous avions découvert à quel point il aimait les mathématiques, mais, cette année, il nous a surpris en « avalant » le programme de mathématiques de 6ème en quelques mois… Puis, vient le reste de la famille qui ferme la marche. David, curieux et passionné de nature et de survie, s’émerveille de toutes ces plantes qu’il découvre et aimerait bien que nous nous perdions dans la forêt pour pouvoir mettre en pratique toutes ses connaissances en survie… Quant à Amandine, elle s’adapte à tous les changements que nous lui « imposons » pendant ce tour du monde et continue à observer ce qui l’entoure avec son entrain et sa joie habituels. Elle nous fait souvent tous rire avec ses observations étonnantes et situées souvent sur un tout autre plan que celui de ses frères ou de ses parents.. C’est aussi celle qui se lie le plus facilement avec d’autres enfants, n’étant pas arrêtée à son âge par la barrière des langues ou de la culture. Chacun de nos enfants est décidément incroyablement différent et pouvoir passer autant de temps avec eux et découvrir ces pays en famille est un vrai privilège. Les enfants enrichissent notre perception et nous font découvrir beaucoup pendant ce tour du monde…

Nous terminons notre marche juste à temps, juste avant qu’une pluie diluvienne ne s’abatte sur la région. Nous repartons comblés, ayant même eu la chance de rencontrer un porc-épic pendant notre promenade, et nous dirigeons vers Wagga Wagga. Wagga Wagga est la plus grande ville de l’intérieur de l’état de la Nouvelle Galles du Sud. Les paysages sont très beaux et au fur-et-à-mesure que nous nous enfonçons un peu plus à l’intérieur des terres, nous redécouvrons le « bush » australien, de grandes étendues jaunes pâles, avec quelques arbres et buissons. Nous arrivons à Wagga Wagga (ce nom est aborigène et signifie « lieu avec de nombreux corbeaux »; la répétition du nom montre qu’il y en a beaucoup) et découvrons qu’en 15 ans, la ville a bien changé et s’est beaucoup étendue. Lorsque nous y habitions, il n’y avait qu’une grande rue centrale commerçante et les habitants n’hésitaient pas à parcourir 500 kilomètres pour faire leurs courses à Sydney ou à Melbourne lorsqu’ils ne pouvaient pas trouver ce qu’ils cherchaient. Maintenant, « on trouve de tout à Wagga ». Nous allons revoir notre petite maison et visitons le petit zoo de la ville. Les enfants découvrent leurs premiers kangourous et wallabies et nous pouvons nous promener à loisir dans une volière peuplée de nombreux oiseaux multicolores, tous natifs du sol australien. Nous allons à la messe dans notre ancienne paroisse. C’est « Gaudete Sunday » et le jeune prêtre nous parle de l’importance de savoir se réjouir. Son homélie plait beaucoup aux enfants qui retiennent notamment l’histoire du « glad game », ou comment savoir se réjouir en toute chose et trouver ce qu’il y a de bon et positif dans toute situation, et particulièrement si elle s’avère difficile… Petit jeu très utile et très éducatif, et pas toujours si facile que cela… Puis nous allons rendre visite à Amanda, une amie que nous avions il y a 15 ans. Elle est maintenant mariée et a 4 enfants, et elle et son mari nous accueillent chaleureusement sur leur magnifique ferme. L’amitié à ceci d’extraordinaire que nous nous retrouvons comme si nous ne nous étions pas quittés. Quelle joie! Nous allons aussi rendre visite au Père Murphy, qui avait baptisé Xavier, et que nous apprécions particulièrement. Là aussi, nous nous retrouvons comme si nous n’étions pas partis… Quel bonheur que ces retrouvailles qui nous sont données…

Après quelques jours, nous reprenons la route. Nous aimons ces paysages immenses aux couleurs si différentes de ce que nous connaissons en Europe. Les quelques arbres tourmentés ajoutent une touche dramatique à cet environnement. Alors que nous retournons tranquillement vers Sydney par le sud pour découvrir avec les enfants la côte australienne, si belle, notre voiture de location décide de tomber en panne et nous voilà tous à attendre la dépanneuse sur le bord de la route… Finalement, nous serons remorqués jusqu’à Gundagai, petite ville typique de l’intérieur du New South Wales: une rue centrale avec quelques magasins, et des maisons tout autour. L’agence de location nous annonce qu’elle n’a pas d’autres voitures à nous donner et nous dit de nous débrouiller pour rentrer sur Sydney… Charmant! Nous avons notre avion à prendre le lendemain à Sydney pour Cairns et ne pouvons pas le rater… Un bus relie Gundagai à Sydney. Nous nous levons tous tôt pour le prendre le lendemain matin et arrivons à Sydney dans l’après-midi. Notre avion part le soir, nous passons donc quelques bonnes heures à l’aéroport. Cela devient une habitude et tous nous nous installons, qui pour lire, qui pour faire une sieste, qui pour explorer l’aéroport…

Lorsque nous débarquons à Cairns, nous retrouvons la chaleur, qui nous enveloppe et ne nous lâche plus… Nous sommes au nord-est de l’Australie, sur la côte, et, en cette saison, la chaleur est incroyable. Dire que nous sommes presque Noël ! Nous passons juste deux jours à Cairns, le temps de bien profiter de la piscine du backpacker et de celle, superbe, du centre ville, installée en bord de mer et gratuite pour tous. Le soleil darde sur nous ses rayons impitoyables et même la piscine ne nous rafraichit pas, l’eau étant tellement chaude… Nous recherchons tous les endroits climatisés pour retrouver un peu de fraicheur… Mais bon, je crois que se plaindre serait malvenu, n’est-ce pas?… Nous sommes attendus un peu avant Noël chez des amis qui habitaient Wagga Wagga et qui sont maintenant à plus de 1000 kilomètres au sud de Cairns. Nous passerons Noël avec eux et les enfants, notamment, attendent ce moment avec impatience. Ces amis ont 10 enfants (ils en avaient 5 lorsque nous vivions en Australie) et nos enfants auront enfin des amis de leur âge avec qui échanger. C’est une des difficultés de ce tour du monde pour nos garçons, et en particulier pour Xavier: pouvoir échanger avec des enfants parlant la même langue et ayant un peu le même niveau d’éducation.

Nous ne devons donc pas tarder, et nous espérons bien admirer la Grande barrière de Corail, si magnifique le long de cette côte, à notre retour, vu que nous devons reprendre l’avion à Cairns le 5 janvier pour partir en Nouvelle-Zélande. Nous avons changé nos billets d’avion pour la suite du voyage, suite à notre « rendez-vous » raté avec la Thaïlande, et, pour notre plus grande joie, nous avons maintenant des billets électroniques qui remplacent nos 108 billets papier… Ouf! C’est quand même plus adapté à notre type de voyage… C’est aussi une chose de moins que nous pouvons perdre…

Nous louons une voiture et reprenons la route… Cette fois, la voiture est moderne et relativement neuve… Les paysages sont extraordinaires, entre la côte avec vue sur une mer bleue azur et sur des plages de sable fin, et l’intérieur avec ses « rainforests » incroyables. Tout est vert et la végétation exubérante est extraordinaire. Nous admirons des cascades et faisons un détour pour aller voir un arbre très spécial: ayant poussé sur un autre arbre, puis ayant colonisé et « tué » cet arbre, ses racines pendent sur plus de 15 mètres et forment un rideau impénétrable et incroyable. Nous restons longtemps en admiration devant ce phénomène de la nature. En repartant, Ian et David aperçoivent un « tree-kangourou », un petit kangourou capable de grimper aux arbres. Nous cherchons tous à le voir, mais il est déjà reparti dans l’épaisse forêt… Nous nous retrouvons ensuite dans une zone volcanique et prenons le temps d’aller nager dans un lac installé dans un ancien cratère de volcan. L’eau est bonne et nous nageons avec plaisir après ces heures passées dans la voiture. Nous sommes au milieu des poissons et des petites tortues (à priori, pas de crocodile, nous sommes en zone surveillée…) et le paysage est toujours aussi magnifique. L’Australie est vraiment un superbe pays!

Nous repartons ensuite, toujours plus au sud. Chaque fois, nous devons trouver un endroit où dormir et ce n’est pas toujours aussi simple (surtout parce que notre budget est plutôt limité dans ce pays cher en comparaison de l’Asie). Une soir, alors qu’il se fait tard, nous n’avons toujours pas trouvé de logement et nous n’avons toujours pas dîné non plus. Nous devons être sur la « côte d’azur » australienne, vu les prix pratiqués dans cette région, et finalement, bien après 23 heures, nous abandonnons notre quête et décidons de dormir dans la voiture. Nous recherchons un endroit bien tranquille, et nous nous installons en bord de route, au milieu des champs de canne à sucre. Peu avant, nous apercevons un petit kangourou en bord de route et un drôle de rongeur dont nous ne connaissons pas le nom. Le ciel étoilé est magnifique et, après avoir contemplé la Croix du Sud, cette constellation en forme de croix qui guide les voyageurs dans cette partie du globe, nous nous installons tant bien que mal pour dormir. Dormir est un bien grand mot: certains d’entre nous (les plus petits) parviennent a dormir quelques heures, pendant que les autres somnolent et cherchent une position confortable… Finalement, un peu avant 2 heures du matin, nous reprenons la route pendant que les trois plus jeunes dorment. Nous devons avancer et, après tout, pourquoi pas de nuit… Nous nous arrêtons 2 heures plus tard et « reprenons » notre nuit… Un petit peu reposés, nous émergeons aux premières lueurs du jour… Après un bon petit-déjeuner, nous voilà d’attaque pour une nouvelle journée. Cette fois, nous chercherons un logement tôt dans l’après-midi, histoire de nous reposer réellement… Dès le surlendemain, nous serons à Gracemere, cette petite ville où habitent Richard et Mary et leurs 10 enfants.

Epilogue: c’est de Rockhampton, dans un motel confortable et après une vraie bonne nuit, que je me dépêche de finir d’écrire ce blog commencé dans la voiture. Nous ne voudrions pas vous laisser plus longtemps sans nouvelle de notre périple australien… Comme vous le voyez, nous allons tous bien et profitons de cette vie australienne. Notre budget limité est plutôt une très bonne chose, après tous les pays si pauvres que nous avons traversés. Notre gros cadeau de Noël est ce voyage autour du monde et toutes les rencontres et découvertes que nous faisons. Que demander de plus?

Dès ce soir, nous serons chez nos amis pour vivre ces fêtes de Noël. Nous sommes le 22 décembre et je souhaite à Cécile, ma petite sœur, un très bon anniversaire.

A tous et à chacun en particulier, nous vous souhaitons un très très joyeux Noël dans la paix et l’amour. A très bientôt pour plus de nouvelles et merci pour tous vos messages et commentaires.

Blog d’Amandine en Australie

<!– @page { size: 8.27in 11.69in; margin: 0.79in } P { margin-bottom: 0.08in } –>

Je suis en Australie et j’ai pris un avion pour arriver dans la ville de Sydney. La mer est partout autour de Sydney et j’aime beaucoup cette ville. J’ai été voir un jardin où il y avait des arbres bizarres que je n’avais jamais vus avant et j’ai vu des perroquets qui avaient une crête jaune et d’autres qui étaient de toutes les couleurs. Dans un arbre, il y avait un trou où il y avait un animal gris avec des poils et je ne sais pas si c’était un koala. J’ai vu des fleurs carnivores: quand un insecte rentre dedans, la fleur se ferme et mange l’insecte qui est dedans. J’ai aussi vu un gros lézard de “plus de 2 mètres” (plutôt soixante-dix centimètres d’après le Papa…) qui était gris, avec une longue queue et des genres de piquants sur lui. Il avait des griffes sur ses pattes et je l’ai vu sortir sa langue. J’ai été dans un magasin et j’ai vu un grand sapin de Noël, plus grand que tout le monde, et j’ai vu une horloge qui disait le temps avec un bateau qui tournait autour. Dans un autre magasin, quand on avait fini la messe, j’ai vu des petits lutins qui bougeaient et préparaient des cadeaux et des gâteaux de Noël. Il y avait de la musique de Noël et pour chaque scène, la musique était différente. J’aimerais fabriquer des lutins comme ça.

Après Sydney, on a pris une voiture et on est allé à Wagga Wagga, une autre ville, là où Xavier est né. J’ai vu la maison où il était né et j’ai vu le Père Murphy qui a baptisé Xavier. Je suis allée dans un zoo où j’ai vu des kangourous. Je suis allée chez Amanda, une amie de Maman et Daddy. C’était une ferme où il y avait un énorme cochon « de plus de 3 mètres » (1,6 mètres d’après Eric) et mes frères sont montés dessus. J’ai joué avec des petites filles, Rachel (Amandine prononce « rickshaw ») et Elizabeth.

J’ai fait une grande marche dans les montagnes appelées « Blue Mountains », car quand on les voit de loin, on croit qu’elles sont bleues. J’ai vu un porc-épic et j’ai pris un train: les sièges n’étaient pas droits et quand on a été tout en haut, ça faisait peur, et les sièges sont devenus droits. La promenade a duré plus de 6 heures. J’ai aimé et j’étais fatiguée aussi.

La voiture était vieille et en rentrant pour prendre l’avion, la voiture ne marchait plus, alors on a téléphoné à la personne qui répare la voiture. Quand la personne est venue, on a mis la voiture sur le camion et après on est allés dans une station essence. On a trouvé un hôtel à côté et on a pris un bus le matin et on a pris l’avion le soir pour aller à Cairns, au nord de l’Australie.

A Cairns, on a été dans un backpacker où il y avait une piscine et l’eau de la piscine était très chaude. Dans la ville, il y avait une piscine à côté de la mer, et je me suis baignée plusieurs fois.

Bonjour à tous de Sydney!

<!– @page { size: 8.5in 11in; margin: 0.79in } P { margin-bottom: 0.08in } –>

Juste un petit coucou pour vous dire que nous allons tous très bien. Nous sommes maintenant à Sydney. Nous étions à Bombay pendant les attaques terroristes et sommes arrivés dans la gare où ont eu lieu des attaques et à la même heure, mais le jour d’après, heureusement… C’était très impressionnant, car toutes les rues, commerces, restaurants, etc. étaient fermés et la télévision passait en boucle les images des attaques terroristes. Pendant plusieurs jours, la police disait que la situation n’était pas maitrisée et les titres étaient “War on Mumbay”. Impossible d’avoir Internet (les Internet cafés étaient fermés) et d’avoir des nouvelles autres que celles de la télévision et des journaux. Nous avons aussi dû changer nos plans, car nous devions aller en Thaïlande le 1er décembre, à Bangkok, et le pays n’est pas sûr actuellement… Nous avons réussi à changer nos billets in extrémis, et nous voilà maintenant à Sydney, où nous avons tous besoin de nous reposer… Mais rien de tel que la mer, le soleil et le sourire des australiens pour récupérer…

A bientôt pour plus de nouvelles et la publication des blogs de toute la famille…