Insecurity

South Africa is the second country in the world for its usage of barbed wire after Israel. That’s information that you can pick up in the tourist guides. But when you see every house, building, shopping mall, business surrounded by high walls, electric wires and barbed wires you realise that this is more than just a side issue. Guards are at the entrance of most buildings, signs on every property threaten of armed response.

The problem is not just petty theft, it is violent crime. We heard some horrific stories.

What this does to the country is difficult to comprehend. Going out at night is simply dangerous. In one of the the first backpackers we stayed at we asked where we could have dinner and they said that they preferred if their guests didn’t go out at night and we had to order a pizza.

Many people are prisoners in their own homes as soon as soon as the sun goes down.

In other countries I know that some areas are dangerous because crime ridden. Here it is all over the big towns.

Why is this the case? Many African countries have known periods of high violence. But in South Africa it is a daily issue which has been going on for years.

I have been wondering if it is not closely linked to the conflicts which have riddled South Africa since the Anglo-Boer war. I happen to have read a book on this period and really want to share my thoughts and newly acquired knowledge.

Between 1899 and 1902 a « white war » broke out between the British in the South of the country and the Boers to the North. It was a new war in many senses. Weaponry favoured the defenders with smokeless rifles. The Boers invented the trenched warfare where their shooting wouldn’t give up their position. But when they were nevertheless overwhelmed by the sheer number of British troops, the Boers had a dilemma:

By the beginning of 1900 the conventional war was over, the Boers had lost their major towns, the war prisoners they had taken had been freed and president Kruger was in exile. If they accepted any peace treaty offered by the British they would have lost a war which was totally unjust (the British had been pulled into the war by the political manoeuvring of Sir Milner and they tried to take away the political independence of the Boers with hardly any justifiable cause), on the other hand if they rejected surrender and continued the war they had no more base or men to continue a normal war. They would revert to guerilla tactics and rely on the civilians to provide them food and shelter. Small groups of Boers would send raiding parties to destroy railway lines, attack British camps at night, catch convoys. This was a new type of warfare. Not a war which was fought by armies alone but a war in which civilian populations would be involved. Rather than just concede defeat, as in any normal war up to then, the Boers decided to go for a guerilla war.

Now for the British they were already at war and to finish it they had to answer to the guerilla tactics, cut the supply lines and hunt down a tiny army in a huge country. The second part of the war was to become very messy. Farms were burnt to the ground and cattle slaughtered to avoid guerilla warriors to find food and shelter. Women and children were parked in camps to avoid them being left to die in the veld. The organisation of the camps was not a top priority for Kitchener in charge of the British operations, so famine and disease killed thousands of women and children in the camps (only after more than a year, and international public outcry, were the camps made more humane with death rates falling even below average death rates of similar populations). Even in the latest part of the war the British stopped bringing children and women to the camps, to burden further the Boer soldiers. In the end by sheer exhaustion the Boer generals negotiated peace terms which put an end to this war. But the worm was in the fruit. The country had lived through a war where no rules were respected, every action was justified by the end. The guerillas who had justice on their side committed hideous crimes and the British retaliated logically but brutally.

The irony of the situation is that a few years latter the leaders of the Boer camp became prime ministers of the nation which emerged from that conflict. Namely Jan Smuts and Louis Botha. And they planted the seeds for apartheid laws by splitting the land 93% for the Whites and 7% for the Blacks.

Years later, the Blacks under the apartheid regime, reacted like the Boers had, by guerilla warfare against the power in place. They too, as they had justice on their side, considered that any tactics were allowed. Today the Apartheid Museum in Johannesburg, apart from showing the real injustice of Apartheid, is an apology to revolution and violence.

Now today there is still rampant injustice throughout South Africa. Poverty is widespread, the political promises made by the ANC after the Apartheid years have failed to materialise, corruption is believed to be everywhere, Justice is being subjugated to political pressures (Zuma, the president-to-be, is tied up in arms dealing and corruption charges and the political parties are trying to avoid charges being pressed and Justice investigating). This situation can explain why the poor, or anybody who feels that he is in an unjust situation, believe that they do not need to abide by the law any more. Like the Boers before them or the Blacks during Apartheid, do they believe that the end justifies the means. Not necessarily as a people but on an individual basis where they can bring justice to themselves. The violence experienced in South Africa could be an new form of guerilla tactics on an individual basis. This could help explain the high levels of violence and crime and hence the insecurity which South Africa must live with.

Advertisements

The 16 seaters

But before leaving I want to share thoughts which have arisen from what I have seen. This is by no means a definite analysis of South Africa, just a few ideas.

 

16 seaters – How to keep transportation costs down.

The transport I saw in South Africa is amazing. Those well-off have a car. But they are not very many. A lot of people need to travel to work, go places but have no car. Few trains exist. Buses are few and far between.

So how do people get around with little money? They use 16 seaters.

A 16 seater is basically a smallish van in which 16 people can just about squeeze in. It is not bigger than my Vito which is made for 8.

Now these 16 seaters go from anywhere to everywhere. I don’t mean that there are stops everywhere where people gather, in fact if you walk in a township or along the road and a 16 seater (they call them taxis) drives by it will hoot its horn if it has got a free seat and if you show interest it will stop and pick you up. That means that they can pick you up at your door step and drop you off directly where you wish. If they aren’t going to your area they will stop by another 16 seater and let you go to the next vehicle. This is done with a lot of shouting and hooting but seems to be quite a efficient system. In town centres or town ships there will be more 16 seaters than cars. Every few seconds one will go by. There are central stops where waiting and exchanging will be done. These hubs are frantic places where it is difficult to drive through. But thanks to these hubs people can get virtually to any place in a town but also anywhere all over the country. On motorways you are bound to see these 16 seaters whizzing along.

From what I have seen in these few weeks, in South Africa they have succeeded in bringing the convenience and flexibility of a taxi which picks you up at your door step and brings you to your final destination with the avantages of low cost often thought only possible with mass transportation. It even beats mass transportation with the frequency of the rides.

The main problem is that the drivers, to keep their rides affordable, like driving with a full car. That means that they leave the hub when they are full. They sacrifice punctuality to cost. On busy routes this is not a problem. If you are going far you might have to wait for hours. But once people get off they start hooting to fill it up again.

Now this system has got its drawbacks, which aren’t necessarily inherent to the system but linked to the way it is managed.

To start with you never see a white person in one of those 16 seaters. Is it because they all have cars? Maybe. But the rumour has it that you might never arrive at destination. If you are white you risk being mugged or even kidnapped.

Then those 16 seaters drive often quite recklessly. They always seem to be in a hurry so don’t follow all safety rules like stopping at red lights or overtaking with good visibility. Horrible accidents are reported where pedestrians have been run over on the pavements.

Also they are extremely noisy. They use their horn to inform that they have free spaces. That means that as long as they are not full they are hooting continuously. Hence when you get close to a hub there is not a moment of silence. Just try to imagine it. Terrifying.

One thing I haven’t sorted out is how to know where they are going. Still a mystery to be solved.

Nevertheless overall I find it a fantastic system.

There is a full utilisation of the capacity of each 16 seater. They are not as big as buses so easier to fill up. And contrary to taxis they keep on taking people on to stay full.

There is an extreme capillarity which means that they go to the most remote areas where normal bus routes would never go let alone trains.

This organisation needs very little infrastructure as you don’t need to build railways and bus stops.

They give direct self-employment to thousands of drivers.

The system can grow very quickly.

The 16 seaters are affordable as they normally leave the hub when they are full and the cost is shared by all the passengers.

And last but not least it works. People can actually rely on this system to get to work.

I have heard from fellow travellers that similar systems are quite prevalent in maany places in Africa.

Could this system work in France or the UK? I don’t know. What do you think?

 

Notre dernière semaine en Afrique du Sud…

Notre dernière semaine en Afrique du Sud a été riche en découvertes. Nous avons continué notre route vers Johannesburg en passant par Kimberley où se trouve une immense mine de diamants qui est maintenant fermée. Nous visitons le musée et une reconstitution de la mine. La découverte des diamants et de l’or en Afrique du Sud au 19ème siècle a beaucoup participé à forger l’histoire du pays et notamment avec les besoins en main d’œuvre peu chère…Les mineurs blancs qualifiés sont trop chers et donc remplacés par des migrants noirs que l’on sous-paye et que l’on fait venir par trains et garde dans des « compounds » (camps fermés). Il y a ainsi beaucoup de mouvements d’émigration des travailleurs noirs et ces déplacements de population contribuent peu à peu à déstructurer la société africaine, tout en enrichissant quelques individus, blancs forcément. Les fermiers trouvent des marchés locaux pour vendre leurs récoltes et les quelques paysans noirs qui arrivent eux aussi à vendre leurs produits sont vite expulsés vers des réserves; il est impensable qu’ils concurrencent les fermiers blancs… Les lois racistes apparaissent de plus en plus et « l’apartheid » fait son apparition en Afrique du Sud. A Johannesburg, nous visitons le musée de l’apartheid. Nous avons déjà discuté du sujet en famille pendant ce voyage, mais voir les lois écrites noire sur blanc et les cartes d’identité où chaque race était scrupuleusement notée et classée est impressionnant. Entendre les justifications des hommes politiques de l’époque est aussi assez édifiant… Alors que la population noire ou métis en Afrique du Sud est de plus de 90%, le « Land Act », passé en 1917 par exemple, réserve 93% des terres aux… blancs! Les noirs sont « parqués » dans des réserves. La région de Kimberley est aussi la région des affrontements entre anglais et boers, ces guerres si particulières où pour la première fois des tactiques de guérillas et des tranchées sont utilisées par les boers, et des camps de concentration pour femmes et enfants sont créés par les anglais qui brûlent les fermes, les terres et le bétail. Nous avons tous lus sur ce sujet (les enfants aussi) et découvrir l’histoire du pays permet de mieux comprendre cette violence quotidienne qui règne en Afrique du Sud, dans les grandes villes surtout. Nous avons entendu beaucoup d’histoires terribles pendant notre séjour, mais nous n’avons jamais été inquiétés, heureusement.

Nous passons les derniers jours à Johannesburg et, outre le musée de l’apartheid, nous visitons une mine d’or. L’endroit est particulièrement touristique, puisque cette mine d’or a donné lieu à un parc d’attraction… Les enfants sont ravis, être un touriste a aussi ses privilèges… Notre dernier jour en Afrique du Sud nous réserve même un beau cadeau. La veille, nous passons 3/4 d’heure dans un café internet à trouver une église et les horaires de messe, et lorsque nous nous rendons a la messe, nous réalisons que l’église est en plein centre d’un « shanti town », un immense bidonville de Johannesburg, alors que nous sommes à côté de quartiers résidentiels… (nous apprendrons plus tard que c’est le 2ème bidonville en taille après Soweto et qu’il abrite 500 000 personnes. Nelson Mandela y a même habité dans les années 1940 et ce shanti town d’Alexandra a été un des bastions de la résistance à l’apartheid…). Tant pis, nous y allons quand même… Les paroissiens sont en train de dire le chapelet, en changeant de langue à chaque dizaine et cette alternance de langue se retrouvera pendant toute la messe, nous rappelant la grande diversité de population en Afrique du Sud et les 11 langes officielles du pays… La messe dure 2 heures et demi, les chants sont magnifiques, il y a 2 chorales très dynamiques, et presque une vingtaine de servants de messe. Nous sommes bien sûr les seuls blancs dans l’église (en dehors du prêtre) et tout le monde nous salue, nous donne la bienvenue et nous demande de revenir. Quel accueil incroyable! Nous sommes quand même soulagés en sortant de retrouver notre voiture et nous nous sentons privilégiés d’avoir pu assister à la messe dans ce bidonville. Quel beau cadeau pour notre dernier jour en Afrique du Sud!

Augrabies

Nous continuons toujours notre route, il nous faut nous rapprocher de Johannesburg, car le 1er septembre nous nous envolerons pour la Chine. Nous sommes maintenant près de Kakamas, dans le “Kahalari vert”, parce qu’arrosé par la rivière Orange. Ici, pour la première fois, dès que nous nous arrêtons, nous sommes assaillis par des enfants ou des adultes qui nous demandent de l’argent. Dans ces toutes petites villes désertiques, il ne doit pas être facile de trouver un travail et il y a probablement beaucoup de pauvreté et de misère. Mais nous savons que si nous donnons une pièce à un enfant, c’est tout un attroupement que nous allons avoir ensuite et nous ne pouvons pas faire grand chose. C’est dur… Jusqu’à maintenant, nous avons surtout vu de la pauvreté “digne” et “joyeuse” lors de nos petits bouts de volontariat. Il ya bien des bidonvilles un peu partout près des grosses villes, mais il n’est pas question pour nous d’y rentrer. J’imagine que la misère doit être grande dans ces “shanty towns” faites de bric et de brac, sans eau courante et sans électricité. Tout cela nous prépare un peu à ce que nous allons voir dans d’autres pays et, pour les enfants, c’est bien que cette approche de la pauvreté se fasse doucement. Déjà, on sent qu’ils ont un peu touché du doigt ce que c’est.

En sortant de la ville, nous trouvons un petit logement perdu au milieu des vignes et tout près du parc naturel d’Augrabies, où se trouvent des chutes d’eau, les 5ème plus larges au monde. Comble du luxe, il y a même une machine à laver! Les enfants, qui font leur lessive à la main tous les quelques jours, savent maintenant apprécier ce confort à sa juste valeur…

Aujourd’hui, nous passons la journée dans le parc d’Augrabies et profitons encore de la nature si magnifique de ce pays. Les chutes d’eau sont impressionnantes, même si elles ne sont pas au maximum de leur volume. Il faut venir en mars pour cela. Nous suivons ensuite le “dassie trail”. On nous a annoncé 3 heures de marche et nous en mettrons 4… Les paysages sont incroyables, mais la chaleur est bien réelle et les enfants fatiguent un peu. Nous buvons beaucoup et devons rationner l’eau avant la fin de la promenade. Il y a quelques protestations dans les rangs… d’autant plus que nous nous perdons et rajoutons ainsi un bout de chemin. Ce détour nous permet quand même d’apercevoir des babouins… Partout, nous voyons des “dassies”, ces petits animaux décrits par le guide du routard comme “un improbable croisement entre en enorme cobaye et un gros lapin” et qui courent avec agilité dans les rochers. A l’arrivée, nous nous écroulons devant des cannettes bien fraîches… Ouf! Les enfants garderont sans aucun doute une forte impression de ce premier “désert vert” et rocailleux…

Aux frontières de la Namibie…

Après une bonne journée de route où, petit à petit, les paysages se font plus désertiques, nous arrivons à Springbok. Nous sommes au nord-ouest de l’Afrique du Sud, non loin de la frontière namibienne. Nous avons déjà parcourus près de 2500 kilomètres. Heureusement, les enfants apprécient ces longs voyages. Cela leur donne du temps pour lire. Partout, sur les bords de la route, nous voyons ces nids extraordinaires: gros amas de chaume, ils abritent des colonies d’oiseaux, les “sociable weavers”. Après la beauté sauvage et tapageuse des côtes rocheuses et le bruit incessant de l’océan, nous sommes saisis par la beauté tranquille et presque solennelle de ces paysages désertiques et silencieux. Le lendemain, spectacle inouï et magnifique. A perte de vue, un paysage désertique: ni arbre, ni buisson, mais du sable rouge et des montagnes rocheuses et, surtout, des parterres de fleurs jaunes, oranges et violettes… Le désert est en fleurs! Dans cette région où il ne pleut vraiment qu’une fois tous les 7-8 ans, il a plu le mois dernier, d’où ces patchworks de fleurs aussi loin que les regards portent. Partout dans les petites villes où nous nous arrêtons, les gens nous demandent si nous avons vu les fleurs… Mais comment ne pas les voir, d’autant que l’on sent bien qu’elles ne sont qu’éphémères et que, dès que possible, le sable et les rochers reprendront leurs droits… L’été, les températures montent jusqu’à 50ºC.

Nous nous arrêtons à Pella, toute petite ville, mais qui possède une cathédrale! En fait, des missionnaires français sont venus à Pella et ont décidé de bâtir une cathédrale. N’ayant pas de connaissances particulières pour la construire, c’est grâce à une encyclopédie que l’un des Pères avait avec lui, que pendant 7 ans, deux missionnaires vont la bâtir. Le résultat est impressionnant. D’autant plus, que Pella est en fait une oasis et que la cathédrale est entourée de dattiers. Quand nous arrivons, une soeur nous fait visiter le petit musée racontant les débuts de la mission. La cloche de l’école, qui est située juste à côté du musée, sonne la récréation et dès lors, c’est un défilé de petites têtes noires qui s’encadrent dans l’embrasure de la porte et pouffent de rire en nous apercevant. Ici, comme nous allons nous en apercevoir, beaucoup de touristes viennent voir cette cathédrale, même si elle est vraiment au milieu de nulle part, mais il n’y a pas souvent de familles avec enfants. Nous avons tout notre temps et, après la visite, nous passons l’après-midi à jouer avec tous les enfants. Ici nous sommes en région afrikaan et peu parlent anglais, mais le lien s’établit très vite. Chacun de nos enfants a sa propre façon d’aller vers les autres, mais tous très vite se fondent avec les enfants. Nous sortons les jeux que nous avons emmenés avec nous: 2 cordes à sauter, un élastique et les “poïs” que nous avons fabriqués pendant notre semaine avec Louis. Ces “poïs” sont typiques d’ici: deux poches en cuir remplies de grains de riz et se prolongeant par une cordelette et une poignée pour y passer 2 doigts. Un poï dans chaque main, il s’agit de les faire tournoyer autour de soi et de faire des figures en croisant les bras, etc. Mais gare aux coups lorsque l’on rate… cela fait vraiment mal (chacun de nous peut en témoigner…).

Nous demandons à Soeur Leoni si nous pouvons aider en quoi que ce soit et sommes prêts à rester plusieurs jours. La soeur a beaucoup de projets qu’elle aimerait mettre en place, et notamment un atelier de couture et de broderie pour les femmes pour qu’elles puissent gagner un peu d’argent. Elle a réussi à obtenir des machines à coudre d’occasion, des chutes de tissu d’une usine et le gouvernement s’est dit prêt à lui procurer le tissu et à le racheter une fois brodé, mais il lui manque encore un peu d’argent pour pouvoir payer ces femmes dès le début. Elle ne sait pas trop en quoi nous pourrions aider pour le moment, ce sera pour une autre fois… En fin d’après-midi, nous allons rencontrer le prêtre qui a officié pendant des années ici et est maintenant à la retraite. Il est d’origine française, du sud-ouest de la France, et cela fait 50 ans qu’il est ici, à Pella. Il n’a pas souvent l’occasion de parler français et nous discutons avec lui de Pella, de la mission, de l’apartheid, de l’Afrique du Sud, de la France, de l’Europe, de l’Afrique en général, de la Chine, du rugby, etc. En 50 ans, le Père n’est rentré que 2 fois en France et il s’est rendu compte qu’il ne pourrait pas se ré-acclimater à la vie française. Après tant d’années passées dans ce petit village perdu au milieu du désert, où tout est tranquille et silencieux, il n’est pas difficile d’imaginer que le rythme frénétique que nous avons en France doit paraitre complètement fou et insensé… Du coup, il s’est fait naturaliser sud-africain il y a 21 ans. Si la vie est tranquille, elle ne doit pas être pour autant si facile. Cela ne fait qu’à peine plus d’une dizaine d’années qu’il y a l’électricité et l’eau courante. Dans le village, il n’y a qu’un tout petit magasin pour s’approvisionner. Ici, c’est le désert et même le bois doit être difficile à trouver. Beaucoup de familles de ce village sont très pauvres et les maisons en pierre côtoient les abris en tolle ondulée ou en palmes. Après avoir dit au revoir à tout le monde, nous nous dirigeons vers un campement que la soeur nous a indiqué, pour y passer la nuit. Nous empruntons une piste rocailleuse et regrettons encore une fois de ne pas avoir un 4×4. Après 7 kilomètres où nous sommes ballotés et où nous nous ensablons une fois, nous arrivons à la rivière Orange, frontière naturelle entre l’Afrique du Sud et la Namibie. Nous sommes toujours dans un paysage désertique et superbe, mais cette fois, il y a des arbres verts de chaque côté de la rivière. De l’autre côté, les montagnes de Namibie… Le campement, qui ressemble plutôt à une prison (protection nécessaire contre les bêtes sauvages), est plein. Nous repartons alors que le soleil se couche derrière les montagnes rocheuses. Les lumières sont superbes, mais la piste est toujours aussi détestable… Nous retrouvons la route principale alors qu’il fait déjà nuit, il nous faut encore trouver un logement. Les enfants, qui suivent les comptes de près et connaissent maintenant parfaitement le coût de chaque repas, chaque nuit et chaque dépense que nous faisons en Afrique du Sud, proposent que l’on fasse des économies en dormant dans la voiture et en se passant de dîner… Pendant cette année autour du monde, il y a de grandes chances pour que cela arrive (surtout avec notre style de ne pas forcément préparer chaque nuit d’avance, vous l’aurez compris…), mais ce ne sera pas pour ce soir. A Pofadder, nous trouvons un petit magasin encore ouvert et achetons quelques “steaks and kidney pies” et des bananes, et trouvons un logement. Le dîner est frugal, mais bienvenu, et le logement très agréable, bien qu’un peu cher à notre goût et les enfants nous rappellent à l’ordre… Amandine, qui a accumulé plein de petites pièces qu’elle a trouvées par terre depuis que nous sommes en Afrique du Sud, nous dit que si nous sommes pauvres, elle nous donnera toutes ses pièces… sauf si elle s’est achetée des bonbons avant bien sûr! Eclat de rire général. C’est sûr, avec une troupe de choc pareille, nous n’avons pas à nous inquiéter… Dans cette région oubliée de nos guides touristiques et pourtant superbe, les logements sont plus rares et donc chers… A nous de nous débrouiller.

Cape Town

Nous arrivons en début d’après-midi à Cape Town, il pleut et les montagnes qui dominent la ville sont dans les nuages. Après toutes ces petites villes et ces paysages sauvages magnifiques que nous avons vus, Cape Town est vraiment une grosse ville, dans un cadre superbe certes, mais où partout s’étendent des maisons et des habitations… Nous cherchons un logement et nous rendons compte très vite que les prix pratiqués ici sont de loin parmi les plus chers du pays… (ou du moins les plus chers jusqu’à maintenant). Nous décidons de sortir de la ville et de rouler jusqu’à ce que nous trouvions un logement à un prix acceptable pour notre budget… C’est finalement à Hout Bay, sur la côte, au sud de Cape Town que nous trouvons un appartement à un bon prix. Il est face à la baie, juste au-dessus de l’océan. Chance! Dés le lendemain, nous allons marcher dans le parc naturel du Cap. Balade superbe en haut des falaises au milieu de nulle part. Nous sommes seuls à marcher sur ces chemins. Cela pourrait être le bout du monde… et ce l’est presque d’ailleurs… Après une bonne journée de marche, nous rentrons heureux. Dès le lendemain, nous reprenons la route, non sans être auparavant  montés à Signal Hill, qui domine toute la ville de Cape Town. Moins haute que Table Mountain, son accès est gratuit, ce qui n’est pas négligeable pour notre budget.

Hermanus

Bonjour à tous. Le temps passe et nous avançons dans cet immense pays qu’est l’Afrique du Sud.

Il y a une semaine encore, nous étions à Hermanus, sur la côte, face aux vagues et rouleaux impressionnants de l’Océan Atlantique. Aujourd’hui, nous voilà dans une région désertique.

  A Hermanus, grâce aux économies que nous avions réalisées par rapport à notre budget journalier et après négociation, nous avons pu nous offrir une balade en bateau pour aller observer les baleines de tout près. Toute la nuit précédente, l’océan gronde, le vent souffle et la pluie bat nos fenêtres. Au petit matin, il fait beau et nous embarquons sur un catamaran. L’océan est encore agité et quelques personnes ne tardent pas à être malade. Je me demande avec inquiétude si je vais les suivre, mais non, mon estomac tient bon… Après une bonne heure de bateau, nous arrivons dans une baie, et très vite des cris retentissent: – “là, une baleine!” Tout le monde se précipite et nous apercevons nos premières baleines. En fait, elles sont 4 dans la baie, 4 “southern right whales”. C’est la saison où elles viennent se reproduire près des côtes et nous pouvons les observer de tout près. Elles ne sont pas très actives, mais elles se laissent admirer… Une baleine passe majestueusement juste en dessous du bateau et semble nous observer de son oeil rond. Quelle chance de pouvoir la voir de si près. En nous penchant, nous aurions pu la toucher… Après une bonne demi-heure, nous repartons et mon estomac se rappelle à moi, mais là encore, il tient bon… Ouf! Les enfants, eux, ont semblent-ils le pied marin; ils doivent tenir de leur Daddy… Après cette matinée chargée en émotions, nous allons rendre visite à une colonie de petits penguins qui s’est installée sur la côte, non loin d’Hermanus. Là encore, nous nous émerveillons du spectacle de ces petits penguins. Les bébés commencent à perdre leur duvet et sont presque aussi grands que leurs parents. Nous rentrons comblés et prêts à reprendre la route dès le lendemain. Notre destination: Cape Town.