Une grande réunion de famille et la première communion d’Amandine

Nous redescendons sur Boston où nous allons chercher à l’aéroport les parents d’Ian qui viennent pour 10 jours. Depuis plusieurs mois déjà, cette réunion de famille s’organise. Toute la famille d’Ian vient d’un peu partout pour que nous soyons tous ensemble à Wakefield, à Rhode Island, car c’est là que se trouve Caroline, la sœur ainée d’Ian. Caroline est consacrée et s’occupe actuellement d’une école vocationnelle à Rhode Island. Nous ne la voyons pas très souvent et cette réunion est donc exceptionnelle et attendue par tous. Le frère d’Ian vient avec toute sa famille et Véronique, que nous avions vu à San Diego, vient avec ses enfants, Philippe n’ayant plus de jours de vacances. Nous sommes donc presque tous là. Les enfants sont ravis de retrouver leurs cousins et après ces 11 mois autour du monde, retrouver la famille est bien sympathique.

Nous sommes d’autant plus contents d’être là que Caroline fait partie de notre tour du monde d’une façon très spéciale. La plupart des missions de volontariat que nous avons pu trouver autour du monde et certaines des familles que nous avons rencontrées viennent de contacts que Caroline nous a trouvé ou que d’autres personnes de l’école ont trouvé. Nous savons aussi que toute l’école nous a accompagnés par la prière et que notre tour du monde n’aurait pu se faire sans toutes ces prières…

De même, notre tour du monde n’aurait pu se faire sans toutes les personnes qui nous accueillent et nous font une place dans leur maison, dans leur famille, pendant quelques jours, voire quelques semaines. A Rhode Island, c’est Karen qui nous accueille pendant 10 jours dans sa maison. Pour la première fois depuis le début de ce tour du monde, nous avons tous « notre » chambre. Les garçons sont ravis d’avoir ainsi un petit peu d’intimité, pendant qu’Amandine, elle, s’inquiète pendant un moment: elle préfère que nous soyons tous ensemble. Le moment passe et Amandine profite aussi de « sa » chambre. Chaque jour, des petites attentions nous attendent: un brownie, un bol de pop-corn, des biscuits, etc., accompagnés d’un petit mot nous disant de nous servir. Les enfants chaque soir découvrent avec joie ces attentions et se régalent. Cela change de notre « régime de route » ou certains repas sont sautés ou particulièrement simplifiés… Merci Karen pour tant de gentillesse et pour cet accueil si chaleureux.

C’est dans cette école, entourée de toutes ces jeunes filles qui cherchent à discerner leur vocation et des consacrées qui les encadrent, qu’Amandine, le 25 juin, fait sa première communion. Depuis le début de ce tour du monde, Amandine voulait vraiment faire sa première communion et c’est avec beaucoup d’impatience qu’elle attendait donc ce moment et se préparait. La messe, toute simple, est très belle et Amandine peut enfin vivre ce moment si spécial et si beau. Pour l’occasion, nous avons même trouvé une jolie robe blanche, ce qui permet à Amandine de porter autre chose que ses habituels « vêtements de voyage » (les mêmes 3 pantalons et t-shirts depuis le début de ce tour du monde, un gros sacrifice pour notre Amandine qui aime tant les robes…).

Nous avons aussi l’occasion de donner 2 conférences et de nous perfectionner ainsi dans cet art tout nouveau pour nous. Revoir en si peu de temps tout ce que nous avons vécu en un an est émouvant pour nous (et j’espère pour ceux qui y assistent aussi). Il s’est passé tant de choses en cette période si courte que nous n’avons pas fini de tout « intégrer », de tout « digérer » et qu’il nous faudra probablement longtemps pour le faire. Chaque jour, nous rendons grâce pour ce tour du monde en famille qu’il nous a été donné de vivre tous ensemble.

Le temps avec toute la famille d’Ian passe vite, très vite. Nous allons visiter Plymouth, un village qui recrée les conditions des premiers pèlerins arrivés en Amérique à bord du Mayflower en 1620. Les passagers du Mayflower venaient d’Angleterre et beaucoup fuyaient les persécutions religieuses. Dans ce « musée vivant », les gens du village « incarnent » des personnes du 17ème siècle et cela donne des conversations assez surréalistes: nous sommes au 21ème siècle, ils parlent et agissent comme s’ils vivaient au 17ème siècle et le font plutôt bien! Nous visitons les maisons et voyons chacun vaquer à ses occupations et à son travail. Dans ce « musée », nous sommes invités à poser toutes les questions que nous voulons et à parler avec ces « pèlerins ». Dans une autre partie de Plymouth Plantation, des indiens Wampanoag expliquent les traditions indiennes du 17ème siècle. C’est grâce à ces indiens Wampanoag que les premiers colons, arrivés en hiver, ne sont pas tous morts de faim, même si près de la moitie ne survécurent pas aux rigueurs de ce premier hiver. Les indiens leur offrirent de la nourriture et leur apprirent à chasser et à cultiver le maïs, les sauvant ainsi de la famine. Dès novembre 1621, la récolte de maïs était bonne et les pèlerins célébrèrent cette moisson abondante avec les indiens pendant 3 jours: le premier « Thanksgiving ». Plus tard, en 1863, le président Lincoln en fait une fête nationale, une journée d’action de grâce et de prières… Enfants comme adultes, nous apprécions beaucoup cette journée où l’histoire se fait présente et vivante devant nos yeux.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: