MEGAMISSION au Mexique ou marcher sur les pas de Jésus et des apôtres pendant la Semaine Sainte

Bonjour à tous!

Le temps passe et le blog ne s’écrit pas. Nos dernières semaines ont été remplies du matin jusqu’au soir, et nous n’avons pas eu beaucoup de temps pour souffler (ni beaucoup de connexions Internet)…

Nous sommes maintenant au Mexique depuis 2 semaines. Nous y sommes arrivés pour la Semaine Sainte et nous avons vécu une semaine extraordinaire, sur les pas de Jésus et des apôtres.


Depuis le début du voyage, la seule semaine que nous avions vraiment prévue (en dehors du choix des pays et des dates d’arrivée et de départ dans chaque pays) était cette Semaine Sainte. Nous voulions être au Mexique à temps pour vivre une « mégamission », une semaine de « mission » dont nous avions entendu parler depuis des années.

Pour rejoindre le Mexique à temps, notre itinéraire n’a pas été des plus directs… De Rio de Janeiro, nous avons pris un bus de nuit qui nous a déposés à Sao Paulo à 4 heures du matin… De là, métro puis bus pour arriver à l’aéroport et embarquer à 8 heures pour un vol de 4 heures jusqu’à… Santiago, au Chili! A Santiago, nous prenons un autre vol de 8 heures pour arriver à Mexico… Les contraintes de nos billets tour du monde nous obligent parfois à prendre des itinéraires étonnants! Nous arrivons le soir à Mexico et sommes accueillis par José et Charito, une famille qui a 4 enfants, tous à peu près des mêmes âges que les nôtres. Le contact s’établit aussitôt et, comme toujours, nous nous disons que nous avons vraiment une chance extraordinaire de pouvoir rencontrer et d’être accueillis ainsi par des familles dans tous ces pays que nous découvrons. Entre le décalage horaire et nos 2 jours de voyage, nous sommes tous un peu fatigués, mais dès le lendemain, pas question de faire la grasse matinée, nous sommes attendus à la Basilique de « Notre-Dame de Guadaloupe » pour la messe d’envoi de ces « mégamissions ». Nous sommes des milliers présents pour ces missions et ce, seulement dans la ville de Mexico! Dans les autres villes du Mexique, d’autres jeunes et familles ont également répondu à l’appel pour participer à ces mégamissions! En tout près de 25.000 personnes sont là pour ces mégamissions. Cela fait en effet plus de 16 ans que ces mégamissions existent au Mexique et des familles et jeunes viennent d’un peu partout, du Mexique, mais aussi de l’étranger, pour y participer…

Nous rencontrons une partie du groupe avec qui nous allons passer cette semaine et répondons à quelques questions pour la télévision. La messe commence et le nombre de jeunes et de familles est impressionnant. Nous sommes dans la Basilique où se trouve l’image miraculeuse de la Vierge de Guadalupe. Le 9 décembre 1531, Marie apparait à un indien, Juan Diego, et lui demande de faire construire une église sur la colline même de Tepeyac où elle est apparue. L’évêque à qui Juan Diego se confie lui demande un signe pour être sûr qu’il s’agit bien de la Vierge Marie. Trois jours plus tard, Marie envoie ce signe: des roses fraîches que Juan Diego cueille et enveloppe précieusement dans son manteau en fibre de « maguey ». Lorsqu’il arrive devant l’évêque et ouvre son manteau, il découvre stupéfait une image « imprimée tissée », dans son manteau, de la Vierge Marie telle qu’elle lui est apparu. Un manteau en fibre de « maguey » a une durée de vie de 20 ans au plus, mais aujourd’hui, alors que ce manteau a été exposé et touché par des milliers de mains pendant 116 ans, avant d’être finalement protégé et placé dans un cadre de verre, l’image de Marie est toujours intacte, comme au premier jour. De nombreux scientifiques se sont penchés sur cette image et ont attesté du caractère miraculeux de celle-ci. La Basilique où cette image est exposée est ainsi visitée par des millions de personnes et Juan Diego a été déclaré saint par le pape Jean-Paul II en 2002. Suite à cette apparition de Marie en 1531, de nombreux indiens se convertissent au catholicisme.

Après la messe, nous allons déjeuner et nous goûtons nos premiers « tacos » mexicains: des tortillas de maïs ou de blé garnies de viande de poulet, de porc ou de bœuf et d’oignons et de coriandre hachés et arrosées de jus de citron et d’une sauce bien forte. Nous nous régalons et faisons honneur à cette nouvelle cuisine… Un peu plus tard, nous prenons la route, avec José, Charito et leurs enfants, pour aller à Malinalco, à un peu plus d’une heure de la ville de Mexico. C’est là que nous allons faire notre « mégamission ». Nous arrivons à Malinalco et faisons connaissance avec notre groupe: des familles mexicaines, des familles américaines, venues d’Atlanta pour la plupart, ainsi que des familles chiliennes, deux prêtres néo-zélandais (dont nous avons incroyablement rencontré les familles en Nouvelle-Zélande!), des prêtres chiliens et américains, des italiennes et notre famille franco-anglaise. Un bel ensemble international! Il y a plein d’enfants et de jeunes pour la plus grande joie de nos enfants qui disparaissent aussitôt avec leurs nouveaux amis. Tout se passe en espagnol et en anglais et nous avons la chance de comprendre les deux langues… Le soir, nous nous écroulons sur nos lits, non sans avoir auparavant rangé nos chaussures dans des sacs en plastique fermés et bien fermé nos sacs, car nous sommes dans une région où les scorpions abondent et tout le monde nous a mis en garde… De même, chaque matin, nous rangerons nos sacs-de-couchage dans leur pochette, histoire de ne pas tenter un éventuel scorpion…

Le lendemain matin, nous nous retrouvons tous à 7h45 pour un temps de prière et de méditation avant de petit-déjeuner tous ensemble. Dès 10 heures, nous nous joignons à la Procession de Malinalco pour le dimanche des Rameaux. Rien à voir avec les processions que nous connaissons. Ici, toute la ville participe et partout ce ne sont que musique et pétards, joie et sonneries de trompette, et ce pendant deux heures, jusqu’à arriver à l’église pour la messe des Rameaux. Nous marchons au milieu de la foule en fête. Des hommes portent des statues des apôtres, le prêtre va devant monté sur un âne, et beaucoup de jeunes et d’enfants sont habillés en soldats romains. Impossible de prier avec tout ce bruit, nous partageons simplement la joie de tous ceux qui sont présents. Nous renouons aussi avec la chaleur et le soleil impitoyable. Nous buvons des litres d’eau et nous protégeons comme nous le pouvons des ardeurs du soleil. Après la messe, nous nous retrouvons ensemble et participons à un temps de formation pour la semaine qui nous attend. Nous allons tous nous rendre dans les villages alentours et visiter chaque famille, parler et écouter, prier avec eux, et réaliser ensemble des activités.

Dés le lendemain, nous nous répartissons donc dans les différents villages et commençons nos visites, après avoir eu un temps de prière, de méditation et la messe. Certains villages sont particulièrement pauvres, d’autres ont un peu plus de moyens. Partout où nous allons, nous sommes accueillis et attendus, car chaque année, depuis 17 ans, ces villages reçoivent ainsi la visite de familles, et cela semble très important pour eux. Ils ne sont pas seuls et ils semblent heureux de notre visite. Des médecins sont aussi là pour des consultations gratuites et des prêtres sont présents dans ces villages qui ne reçoivent pas toujours la visite de prêtres et qui n’ont pas forcément d’église. Le Mexique est un pays en grande partie catholique (près de 88 % de la population est catholique) et on sent une foi bien présente et bien vivante. Pour les repas, nous nous retrouvons avec tout le groupe à Malinalco, pour pouvoir ainsi partager nos différentes expériences. Dans l’après-midi, nous retournons dans les villages et organisons des activités avec les enfants et avec les adultes. Un autre projet est aussi en cours: créer un jardin autour d’une petite église, là où il n’y a que de la terre et des cailloux… Les garçons et Ian partent travailler dans ce jardin l’après-midi, pendant qu’Amandine m’accompagne avec d’autres mamans et enfants dans le petit village « d’ Amate Amarrillo » où nous allons chaque jour. Activités de bricolage, temps de formation, jeux avec les enfants, l’après-midi est bien remplie. Le soir, fatigués, mais comblés, nous nous écroulons sur nos lits une autre fois…

Du lundi au jeudi, nous allons ainsi visiter les différents villages. En même temps, un tournoi de football s’organise avec des enfants des villages. Xavier et David font partie des « coach », avec les autres jeunes de leur âge. Le tournoi a lieu le jeudi matin et est une grande réussite.

Nous allons même visiter un centre aztèque, construit en 1501, qui se trouve dans la ville même de Malinalco. Le temple est taillé directement dans las roche de la montagne et c’est ainsi la seule construction monolithique de toute l’Amérique. Malinalco était un centre d’initiation des guerriers aztèques aigles et jaguars. Un guide nous explique en quoi consistait la cérémonie des guerriers mayas et leur religion. A la façon dont il nous détaille chaque élément de cette cérémonie, il est visible qu’il s’identifie à ces guerriers. Nous ressortons tous impressionnés par ses paroles.

Le jeudi après-midi, après la messe du Jeudi Saint à Malinalco, des petits groupes partent avec le Saint Sacrement, pour aller le porter dans chaque village que nous avons visité. Avec Ian et les enfants, nous arrivons à la Huerta, un minuscule petit village d’une dizaine de maisons. Les habitants nous attendent et partent en procession jusqu’à une minuscule petite chapelle où tous veilleront et adoreront pendant quelques heures. C’est un moment incroyablement beau et émouvant et nous sommes très touchés par la ferveur du village. Ils sont tous là, assis dehors, la chapelle étant trop petite pour accueillir plus de 5 personnes, et restent avec nous jusqu’au bout. Prier ainsi sous les étoiles, en présence du Saint Sacrement, avec tout ce village est un moment inoubliable… Je ne peux m’empêcher de penser à notre paroisse de Maisons-Laffitte où des personnes elles-aussi sont en train de prier devant le Saint-Sacrement et de se relayer jour et nuit, pour assurer une chaine ininterrompue de prière et d’adoration, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Le Vendredi Saint, nous partons faire un Chemin de Croix dans les collines qui entourent Malinalco. Des croix, clouées sur les arbres, représentent les différentes stations du Chemin de Croix. Le paysage est magnifique et la marche est bien réelle pendant que nous prions tous ensemble. Dans l’après-midi, nous participons aux offices du Vendredi Saint à Malinalco.

Le Samedi, nous nous retrouvons tous dans le petit jardin, maintenant terminé. Beaucoup de personnes ont travaillé dans ce jardin, toute la journée, voire tard le soir, pendant plusieurs jours, pour qu’il soit terminé à temps. Le résultat est impressionnant. Il est difficile d’imaginer que quelques jours auparavant, il n’y avait que de la terre et des cailloux. Après un temps de prière, nous partageons la joie des villageois devant ce jardin. Ils nous ont préparés des boissons, des tortillas et des soupes et nous goûtons ces nouvelles saveurs avec plaisir. Le soir, nous célébrons la Vigile Pascale, sous les étoiles, l’église étant trop petite pour accueillir tout le monde. Moment de paix et de joie. Quelle semaine incroyable! Quelles rencontres extraordinaires! Toutes ces familles qui sont venues d’un peu partout pour donner de leur temps et servir pendant une semaine et vivre cette Semaine Sainte d’une façon différente. Nous découvrons l’exemple de chacun, l’histoire de chaque famille, les efforts de tous pour faire de cette Semaine Sainte une semaine hors du commun, sur les pas de Jésus et des apôtres… Merci à Roberto et Marines, en particulier, à Francisco et Cristina, à José et Charito, à … tous ceux qui ont organisés depuis des mois cette « mégamission » et à tous ceux qui ont étés là. Nous avons beaucoup appris et découvert…

Le dimanche, épuisés, mais heureux, nous nous rendons tous à Mexico pour la dernière grande messe tous ensemble. Le Cardinal Norberto Rivera Carrera célèbre cette messe où plus de 100 prêtres assistent. Partout, à perte de vue, des jeunes et des familles sont là. Après la messe, nous nous quittons tous avec regret. Beaucoup seront là l’année prochaine pour participer de nouveau à ces « mégamissions »!

PS: Soyez patients… Il a fallu plusieurs visites à des cybercafés, plus de 3 jours et plus de 4 heures passées sur Internet pour publier ce blog… Un record!

One Response

  1. Merci à ma chère belle-fille, dont j’attends toujours les récits: elle sait si bien faire partager tous ces moments de découverte, de rencontre, d’expérience partagés avec de si nompbreux habitants de notre terre si extraordinairement variée!
    Ces “méga-missions” font rêver les catholiques désireux de prendre part à ce partage de l’évangélisation de notre monde…
    Bravo à la participation de tous les jeunes durant cette Semaine Sainte. J’aimerais bien quelques commentaires des garçons sur ce qu’ils ont vécu…
    Si touchée de l’appel téléphonique de Yann le 23 Avril. je ne m’y attendais pas!
    Je vous embrasse tous les 6autourdumonde
    Mamica

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: