En route pour le désert d’Atacama…

Après Valparaiso, nous continuons notre route, toujours plus au nord…. Et peu à peu, nous découvrons des paysages de plus en plus arides. D’abord, ce sont les arbres qui disparaissent et laissent la place à des buissons et arbustes épineux, puis ce sont des cactus qui font leur apparition. Nous nous arrêtons dans la Vallée “del Encanto” (Vallée Enchantée), pour aller admirer des gravures rupestres des indiens El Molle, qui datent du IIème au VIIème siècle. Les pétroglyphes représentent essentiellement des personnages, parés de coiffes. Pour découvrir ces gravures, nous nous promenons au milieu d’immenses cactus, dont certains sont en fleurs. Dépaysement garanti! Les cactus parés de leurs fleurs rouges ou jaunes sont impressionnants et s’étalent à perte de vue sur les collines environnantes qui bordent la vallée. Superbe!

Nous reprenons notre voyage et nous enfonçons dans un paysage chaque fois plus aride, presque lunaire par endroits Le sable a fait son apparition et même les plantes et cactus s’effacent peu à peu et disparaissent. Les montagnes complètement pelées ajoutent à la désolation des lieux. Nous longeons la côte par moments, et l’océan ajoute ainsi une touche de bleue dans cet univers aux tons ocres, roses et jaune paille. La douceur des couleurs tranche avec le bleu intense de l’eau. Lors d’une halte, nous trempons nos pieds dans l’océan… Trop froid pour se baigner. Pas un seul d’entre nous n’ose aller défier les vagues! Un peu plus loin, dans un petit village, nous admirons des pélicans. Leur technique de pêche est impressionnante. Ils s’envolent et planent au-dessus de la baie. Lorsqu’ils repèrent un poisson, ils piquent du bec, vrillent et s’enfoncent verticalement dans l’eau, dans une grande gerbe d’eau. Nous restons fascinés devant ce spectacle.

Nous continuons notre route vers le nord, qui semble nous attirer comme un aimant. Nous voulons découvrir ce fameux désert d’Atacama, le désert le plus aride de toute la planète! Certaines zones n’ont pas vu de pluie depuis plus de 400 ans… En chemin, nous voyons briller les dômes des plus grandes observatoires astronomiques du monde, installés à plus de 2000m mètres d’altitude sur la crête des montagnes de la Cordillère. Dans cette région, l’atmosphère est pure et sèche, et aucune pollution ne vient cacher le ciel étoilé si magnifique du désert. De plus, l’absence de pluie permet un ciel parfaitement dégagé, plus de 300 nuits par an! L’un de ces observatoire (Observatoire la Silla) est un observatoire européen qui regroupe plus de 13 pays, dont la France. Il se visite, mais de jour seulement, pour permettre aux scientifiques de faire leur travail la nuit…

Nous découvrons aussi les mines de cuivre, installées un peu partout le long de la route, en plein milieu du désert. Le Chili est en effet le premier producteur mondial de cuivre et ce minerai représente 40% des exportations du pays. Nous croisons des villes « fantômes », maisons en ruine, depuis longtemps délaissées, probablement dû à l’arrêt de l’exploitation de certaines mines. Nous passons le Tropique du Capricorne et nous dirigeons vers l’ouest, vers San Pedro de Atacama, petit village situé sur une oasis, à plus de 2400 mètres d’altitude, et perdu dans ce désert aride. Nous sommes tout près de la Bolivie et de l’Argentine…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: