Notre dernière semaine en Nouvelle-Zélande

Après ces quelques jours passés entourés des montagnes et glaciers, nous repartons sous des trombes d’eau. Pendant la nuit, en entendant la pluie diluvienne qui s’abattait sur les fenêtres, j’avais bien eu un petit doute: les toits ouvrants de notre voiture étaient-ils parfaitement fermés? Au matin, j’ai la réponse: celui au-dessus des places avant n’était pas complètement fermé… La voiture est très humide et il nous faut bien 15 minutes avant d’arriver à y voir quelque chose. Nous avons eu beaucoup de chance d’avoir un si beau temps pendant nos quelques jours ici, car nous sommes dans la région la plus humide de Nouvelle-Zélande. Le record enregistré est de 1,83 mètre en 72 heures (et peut-être plus, mais les graduations n’allaient pas plus loin)…. Nous nous dirigeons maintenant vers Queenstown, où nous devons rencontrer des amis de la famille qui nous attend à Dunedin. Au fur et à mesure que nous nous enfonçons à l’intérieur des terres et que nous quittons les forêts humides et denses de la côte, nous découvrons un paysage plus sec, mais toujours aussi grandiose. L’arrivée sur Queenstown, à travers les montagnes, est particulièrement impressionnante. La ville est installée au bord d’un immense lac et entourée de montagnes. C’est le centre des activités sportives extrêmes: saut à l’élastique, jetboat, rafting, canyoning, parapente, etc. Les enfants aimeraient bien essayer tous ces sports, mais ce ne sera probablement pas pour ce voyage… Nous rencontrons Michael et Marie qui nous accueillent avec chaleur et avec qui nous passons tous un un très bon moment. Nous réalisons que nos chemins se sont déjà croisés à Rome et qu’ils connaissent les 2 sœurs d’Ian. Quel petit monde après tout! Nous repartons le lendemain pour arriver à Dunedin et rencontrer Steve et Bernadette. Nous avons échangé par e-mails depuis quelques temps, mais c’est la première fois que nous nous rencontrons. Ayant 4 enfants comme nous, ils ont passé beaucoup d’années en Papouasie Nouvelle-Guinée, en mission. L’accueil est chaleureux et nous nous nous entendons vite très bien. Ian doit finir de préparer sa conférence. Heureusement qu’il n’est pas du genre à s’inquiéter… Le lendemain, nous découvrons tous les talents d’orateur d’Ian. Les garçons sont assis bien droit sur leurs sièges et sont particulièrement attentifs. Je prends photos et vidéos.. Bravo Ian, tu nous as tous impressionnés! Le verdict est très positif et les 3 garçons ont beaucoup aimé (Amandine a trouvé cela un peu compliqué, ce qui est plutôt normal…). Ouf! Il faut faire de tout pendant un tour du monde… Pour ceux qui voudraient écouter la conférence d’Ian, elle est disponible sur Internet sur le site: http://drop.io/dunedin

Petit détail: elle est en anglais, bien sûr… Ian n’avait pas de micro et la conférence a été enregistrée avec nos petits ordinateurs. La qualité est donc correcte, mais non professionnelle… Les questions à la fin ne s’entendent pas, mais les réponses, si… La technologie permet tant de choses!

Dunedin, au dus-est de l’île du sud, est le point le plus au sud où nous ayons été jusqu’à maintenant. L’endroit est réputé pour ses colonies de pingouins, phoques et albatros, les plus grands oiseaux des mers. Nous allons voir le centre dédié aux albatros, et même si nous n’en apercevons pas voler, nous passons une bonne heure à découvrir tout ce qu’il est possible de savoir sur ces « vastes oiseaux des mers »… Nous découvrons des phoques en bord de mer, en train de paresser au soleil sur les rochers. Ils ont l’air particulièrement indolents, mais il faut tout de même se méfier, ils sont capables d’avancer très rapidement et peuvent être agressifs. Nous quittons Steve et Bernadette quelques jours plus tard et devons remonter jusqu’à Auckland en quelques jours… Lorsque nous avions organisé notre voyage, nous n’avions pas encore tous ces contacts et nous n’avions pas prévu ou imaginé que nous verrions tant de la Nouvelle-Zélande et ferions tant de route. Nous improvisons notre voyage au fur-et-à-mesure et profitons de ces moments de liberté qui nous sont donnés.

En remontant la côte, nous nous arrêtons à Kaikoura dans un petit motel en bord de route et nous entassons à 6 dans une chambre pour 4. Certains propriétaires de motels sont très flexibles et acceptent que nous soyons plus dans une chambre, pour un prix raisonnable, d’autres non… Nous avons vue sur la mer et la veille une baleine nageait dans la baie, avec des dizaines de dauphins. Nous scrutons bien la mer, mais la baleine ne revient pas. Par contre, au petit matin, nous apercevons des dauphins. Partout où nous allons, nous sommes émerveillés par tous ces paysages que nous découvrons et nous apprécions l’accueil décontracté des néo-zélandais. Il nous faut retourner sur l’île du nord et la traversée est encore plus belle qu’à l’aller. Le soleil fait briller la mer de mille feux et éclaire toutes ces îles et étendues de terres sauvages. C’est un régal pour les yeux. Nous débarquons et continuons notre route, toujours un peu plus au nord. Nous voulons passer un peu de temps à Rotorua, une zone volcanique, où se trouvent de nombreux geysers et cratères encore fumants. En chemin, nous découvrons des chutes d’eau sur las rivière waikato. Le débit de la rivière est incroyable et permet, grâce à un barrage, de produire près de 65% de l’électricité pour l’île du nord! Il se dégage une fraicheur très agréable de la rivière; on y plongerait presque! Sans transition, moins de 10 minutes plus tard, nous découvrons un cratère fumant et marchons au milieu des fumerolles. L’odeur de souffre est bien réelle, ainsi que la chaleur dégagée par ce cratère. Nous arrivons le soir à Rotorua, centre de toute cette région volcanique et haut lieu de découverte de la culture maori. Le lendemain, nous découvrons d’un peu plus près cette culture Maori. Installés dès le 8ème siècle en Nouvelle-Zélande, et venus de Polynésie, ce sont les premiers habitants de la Nouvelle-Zélande. Les européens n’ont commencé à s’installer en Nouvelle-Zélande qu’à partir de la fin du 18ème siècle! Nous visitons une école de vannerie et une école de sculpture de bois, et découvrons le rituel d’accueil des guerriers maoris, ainsi que la fameuse « haka danse », particulièrement impressionnante, et reprise par les all-blacks, l’équipe néo-zélandaise de rugby… Nous continuons ensuite la visite en allant découvrir le geyser Pohutu, dont les jets fumants peuvent atteindre jusqu’à 30 mètres… Le paysage est magnifique et le geyser très impressionnant, ainsi que l’odeur de souffre, présente dans toute la ville de Rotorua… Nous voyons aussi de la boue en ébullition, dont les bulles éclatent à la surface en projetant de la boue un peu partout, et un cratère remplie d’eau bouillante, qui sert de cuisine aux maoris. Ils cuisent les aliments, placés dans des petits paniers, directement dans cette source chaude…

Le soir, nous préparons nos sacs et cherchons tout ce que nous pouvons éliminer de nos bagages, car nous partons dès le lendemain pour le Chili! Amandine s’occupe de vider la voiture de tous ses papiers et bricoles accumulées pendant ces 3 semaines. Très efficace, nous nous reposons sur Amandine pour toutes les tâches qui consistent à vérifier que nous n’avons rien laissé derrière nous. C’est donc Amandine qui regarde sous les lits et un peu partout, chaque fois que nous quittons notre logement (soit tous les quelques jours…), et le travail est toujours bien fait! Xavier et David s’occupent de charger les sacs dans la voiture et Eric nous aide à terminer tout ce qu’il y a faire dans le logement, remplir les bouteilles d’eau, etc. Une bonne petite équipe, bien rodée et entrainée! Nous sommes ainsi capables d’être prêts en très peu de temps. Les voyages forment la jeunesse, dit-on…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: