Punakaiki, pancake rocks et glaciers

Nous nous arrêtons à Punakaiki, sur la côte. Réputée pour ses « pancake rocks » (« rochers crêpes »), l’endroit est superbe. De fines « lamelles » rocheuses semblent empilées les unes sur les autres et justifient cette curieuse appellation de « pancake rocks ». En certains endroits, la mer a creusé des tunnels et s’engouffre dedans, à grand renfort d’écume. Le paysage est magnifique. Des montagnes à la végétation dense et luxuriante descendent vers la mer. Le vert de cette végétation impénétrable contraste avec le bleu intense de la mer, et les couleurs sont incroyables. Nous profitons de cette région pour initier les enfants au kayak. Nous louons des kayaks et remontons une rivière, totalement inaccessible depuis les berges, tant la végétation est touffue et les falaises à pic par endroits. Les enfants sont ravis et pagayent avec vigueur. Amandine est installée dans le kayak d’Ian et pagaie avec sa demi-pagaie. Nous arrivons sur un premier obstacle: la rivière s’engouffre dans un étroit passage, trop peu profond pour que nous puissions passer. Nous descendons tous de nos kayaks, tirons nos embarcations, et remontons un peu plus loin. Le deuxième obstacle est plus difficile. Nous remontons la rivière et le courant est trop fort en cet endroit pour que nous arrivions a passer. De plus, cette fois, la rivière est très profonde. Nous descendons et essayons de tirer nos kayaks en restant sur les côtés. Ian qui tire Eric et Amandine n’arrive pas à passer sur le côté et s’enfonce jusqu’aux épaules… Nous continuons tous ravis de cette immersion dans la rivière, pourtant glacée… On nous a conseillé de nous arrêter au 3ème obstacle: un arbre bouche la rivière et seul un étroit passage, à contre-courant, permet de passer. Nous essayons tous en vain et sommes repoussés par le courant. Finalement, Xavier en s’appuyant et en forçant sur la pagaie, parvient à passer, du coup nous décidons tous de continuer. Ian s’installe sur un rocher et aide chaque embarcation à passer. Pour son kayak, il le tire au-dessus de l’arbre… Peu après, la rivière est cette fois réellement impraticable et nous rebroussons chemin. La descente est très agréable: plus besoin de pagayer aussi fort. Chaque obstacle fait pousser des cris de joie aux enfants, alors qu’ils s’engouffrent entre les rochers et sont entrainés par le courant. Aucune baignade intempestive n’est à déplorer, la rivière est quand même assez tranquille, en dehors de ces quelques passages… Cette fois, nous descendons jusqu’au lagon, séparé de la mer par une étroite langue de sable. Quels paysages et quelle matinée!

Plus tard dans l’après-midi, nous allons explorer des grottes accessibles uniquement à marée basse, et passons d’une baie à une autre par ces passages « secrets ». Nous sommes seuls et passons un superbe moment à découvrir les étoiles de mer, coquillages, et fossiles emprisonnés dans les rochers. Classe de sciences naturelles pour tout le monde aujourd’hui! Mais il faut rentrer maintenant et faire l’école, et son cortège de matières en tous genres. L’école buissonnière, pourtant très tentante, n’est pas une option…Et toute plainte, après une telle journée, est malvenue!

Après 2 bonnes nuits à Punakaiki, nous repartons et continuons notre route le long de la côte. Chaque kilomètre est plus beau que le précédent et nous nous arrêterions bien toutes les quelques minutes… Nous voulons arriver aux glaciers de Franz Josef et de Fox et y passer quelques jours. Avant d’arriver, nous découvrons de magnifiques lacs. L’eau est très froide, mais Eric, David et Ian se baignent quand même. J’admire, mais n’ai aucune envie d’y tremper même le bout de mes pieds! A notre arrivée à Franz Josef, nous découvrons les montagnes enneigées et ce fameux glacier qui descend dans la vallée, et avance de presque 1 mètre par jour! Les prévisions de la météo sont bonnes et , le lendemain matin, nous décidons de faire une belle marche dans les « rainforests », le long du glacier, pour aller admirer le glacier de plus près. Notre guide indique 5 heures de marche sur des sentiers rocheux et des ponts suspendus, mais nous mettrons bien 7 heures. Les rochers sont incroyablement humides et glissants et nous faisons tous quelques glissades… Amandine n’apprécie pas cette montée difficile et la descente encore plus délicate. (et je la comprends bien…). Mais elle marche jusqu’au bout, traverse les torrents, escalade les rochers, s’accroche aux racines pour ne pas tomber, et nous impressionne tous… La vue sur le glacier est impressionnante et nous récompense de nos efforts, même si le haut des montagnes est caché par les nuages. De notre point d’observation, nous assistons au balai incessant des hélicoptères qui survolent les glaciers, avec, à leur bord, des touristes fortunés en quête d’impressions et de photos magnifiques. Nous ne serons pas de ces derniers, et nous avons vraiment « mérité » notre vue sur le glacier… Amandine trouve pourtant que quelques minutes dans un hélicoptère pour voir les glaciers, c’est plutôt une bonne idée… Nous rentrons et nous écroulons tous. Pas d’école aujourd’hui, les professeurs et les élèves ont besoin de se reposer. Pas facile de faire l’école pendant ce tour du monde… Lorsque nous faisons beaucoup de route, cela signifie que l’école se passe parfois (voire souvent dernièrement) dans la voiture. Pas franchement idéal, mais comment faire autrement? Les élèves ont vraiment beaucoup de mérite!

Le lendemain matin, malgré quelques courbatures, nous sommes tous prêts (certains ont quand même besoin d’un peu d’encouragements) pour aller voir le glacier Fox. Cette fois, nous ne ferons que les petites marches « faciles » pour aller admirer le glacier, c’est promis Amandine! La journée est magnifique et nous repassons d’abord voir le glacier Franz Josef, depuis un superbe point de vue, puis nous nous dirigeons vers le glacier Fox. Cette fois, nous faisons la marche qui nous fait arriver là où le glacier s’arrête dans la vallée. Cette avancée du glacier est impressionnante. La nature est vraiment extraordinaire!

Plus tard dans l’après-midi, nous allons pique-niquer au bord du lac Matheson, dans lequel se reflète les sommets enneigés du mont Cook. La vue est superbe. Nous sommes le 15 janvier et nous fêtons nos premiers 6 mois de ce tour du monde! Tournée de glaces pour toute la famille! Beau dessin d’Amandine pour immortaliser ce jour. Six mois, c’est peu et c’est beaucoup… Il s’est passé tant de choses, qu’il nous faudra surement beaucoup de temps pour réaliser pleinement tout ce que nous avons vécu et découvert. Et ce n’est pas fini… Quelle opportunité extraordinaire et quelle chance! Merci Seigneur!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: