Un fort digne des meilleurs films du Moyen-Age, au Rajasthan…

Aux environs d’Udaipur, à 80km, se trouve un fort magnifique: le fort de Kumbalgarh. Construit par le maharajah Kumba au 15ème siècle, il servait de lieu de retraite chaque fois que le danger menaçait et, dans toute ‘histoire du fort, il n’a été pris d’assaut qu’une seule fois, et ce par 3 armées réunies et pendant 2 jours seulement. Tout autour, une muraille imposante de 36km trace une ligne qui serpente au milieu des collines et des bois environnants d’Aravalli. Il s’agirait, selon notre guide, de la 2ème plus longue muraille au monde, après la grande muraille de Chine… Dans l’enceinte de ces murs, un palais et pas moins de 360 temples y ont été construits. Nous visitons ce qui reste du palais et les enfants jouent au château hanté, en attendant en embuscade derrière une porte et en poussant de grands cris dès que nous franchissons la porte. Le palais résonne des “ouah!” et des cris de chacun. Il n’y a pas grand monde, mais ce n’est malgré tout pas très discret… Quand nous sortons, le garde qui avait contrôlé nos tickets à l’entrée a un sourire jusqu’aux oreilles en nous apercevant. Je lui marmonne un petit “noisy children” un peu gênée, ce qui ne fait qu’accentuer encore son sourire… Nous continuons notre promenade sur les murailles et découvrons quelques-uns des petits temples dont l’architecture est si particulière. Encore une fois, il fait extrêmement chaud et nous buvons des litres et des litres d’eau, sans parvenir à satisfaire notre soif. Les paysages environnants sont magnifiques et nous sommes seuls sur ces murailles, sans compter les bandes de singes qui s’enfuient à notre approche et les chauve-souris pendues dans une des salles sous la muraille et qui font un bruit assourdissant…

Nous reprenons la voiture en début d’après-midi. Pour faire les 80km pour voir ce fort, nous sommes partis à 7h30 et avons mis presque 2h30. Les routes sont en très mauvais état et à tout moment, nous croisons des vaches, chèvres, moutons et autres animaux installés en plein milieu de la route. Nous croisons des camions, dont l’avant est peint et décoré de motifs de toutes les couleurs et de guirlandes, des tracteurs imposants et des bus bondés, ayant sur leur toit, de véritables grappes humaines… Notre conducteur conduit à l’indienne, c’est-à-dire que plutôt que d’utiliser les freins, il utilise le klaxonne et lorsque l’obstacle ne bouge décidément pas, il l’évite au dernier moment…C’est assez effrayant, mais nous commençons à en avoir l’habitude, car ici, tout le monde conduit ainsi. En croisant un tracteur, notre conducteur, après avoir abondamment klaxonné, ne se range pas suffisamment sur le côté, et le tracteur frôle l’arrière de la voiture, arrache les feux arrières… et continue sa route comme si de rien n’était… En voyant les gens conduire ici, et l’état des véhicules et des routes, ainsi que tous les animaux qui s’y trouvent, il n’y a rien d’étonnant à ce que l’Inde détienne le record mondial pour les accidents de la route. Ce qu’il y a d’étonnant, en revanche, c’est que nous n’ayons pas vu d’accident, alors qu’à chaque minute, on a l’impression que les véhicules vont entrer en collision…

En chemin, notre conducteur s’arrête et nous montre des arbres où des centaines de chauve-souris sont accrochées à l’envers. Le bruit est incroyable et la taille de ces chauves-souris est impressionnante…

Après plus d’une heure de voiture, nous arrivons à Ranakpur, le plus grand temple “jaïn” d’Inde. En marbre blanc, il est abondamment décoré de multiples sculptures et pas moins de 1444 piliers, tous sculptés différemment, soutiennent ce temple. Très impressionnant, nous devons nous déchausser et laisser tous les articles en cuir que nous pouvons porter sur nous pour le visiter. Un homme, vêtu d’un sari orange, nous dit qu’il est le “grand prêtre” du temple, et il nous fait visiter le temple en nous expliquant un peu sa religion. Seuls 0,4% des gens pratiquent cette religion en Inde, la majorité des indiens (82%) étant hindous. Nous découvrons petit à petit ces religions si différentes des nôtres. Les indiens sont profondément religieux et partout, nous voyons les gens prier et faire des offrandes devant les multiples petits autels érigés un peu partout. Sur le chemin de retour, nous admirons les femmes en sari qui travaillent aux champs et ramènent sur leur tête des tas de bois ou des cruches en métal remplies d’eau. Bien droites, vêtues de leurs saris de couleurs vives, elles ont l’air de véritables princesses… Loin de l’agitation et de la folie des villes, cette campagne indienne est très reposante, même s’il est évident que la pauvreté est omniprésente ici.

Nous restons étonnés par ces villes indiennes, dont l’agitation et le bruit sont permanents. A tout moment, les klaxons des différents véhicules résonnent et les rues étroites et encombrées de véhicules, étals, animaux, etc. sont rapidement congestionnées, entrainant encore un peu plus de coups de klaxons… Lors des fêtes, la musique sort des hauts parleurs au volume maximum, et ce jusque tard dans la nuit… S’ajoutant à cela, les appels à la prière des muezzins commencent dès 5 heures du matin. Pour nous, il est parfois difficile de bien dormir… De même, marcher dans les rues et traverser une route sont parfois de véritables défis. A nous 6, nous nous avançons et nous frayons petit à petit un chemin à travers tous les véhicules. Autre source d’étonnement, les villes que nous avons vues n’ont pas de poubelles dans les rues et tout le monde jette donc très naturellement ses papiers, emballages, sacs, etc. par terre… Même dans le train pour venir à Udaipur, nous avons été très étonnés de voir que les plateaux repas étaient tout simplement jetés par terre entre 2 wagons avec tous les restes de sauce, de riz et de nourriture. Par contre, chaque matin, les rues d’Udaipur sont lavées à grande eau et une promenade matinale révèle donc une ville propre… mais qui ne le reste pas longtemps…

Le samedi, nous partons repérer avec Ian où se trouve l’église catholique. Le premier rickshaw que nous prenons, et à qui nous avons montré sur la carte l’église catholique, nous emmène et nous laisse devant une église qui s’avèrera finalement être une église réformée et qui se trouve dans un tout autre quartier que celui où nous voulions aller. Le deuxième rickshaw nous laisse devant le musée d’arts et traditions de la ville en nous disant que nous sommes arrivés… Et le troisième nous emmène enfin à l’église catholique… Nous nous apercevons en fait que beaucoup de conducteurs de rickshaw ne savent pas lire et qu’ils ne savent pas déchiffrer une carte. De même, beaucoup d’artisans ne savent pas vraiment lire, ayant dû quitter l’école très tôt pour gagner leur vie.

Fort de notre repérage de la veille, le lendemain, nous trouvons l’église sans encombre et après la messe, nous rencontrons le Père Lesser qui nous invite chez lui et nous montre certains des livres qu’il a écrit. Longtemps missionnaire auprès de tribus indiennes totalement déconsidérées par tous en Inde, il a écrit plus de 84 livres, est passé à la radio de nombreuses fois et a beaucoup œuvré pour une meilleure compréhension et entente entre les différentes religions en Inde. Nous l’écoutons fascinés. Quelle chance que ces rencontres qui nous sont données ainsi. Peu à peu, nous pénétrons un peu plus dans cette culture indienne. En entrant dans les maisons ou même les magasins, nous nous déchaussons et saluons en nous inclinant les mains jointes au niveau de la poitrine. Nous sommes loin de tout comprendre de l’Inde, mais le premier choc culturel est passé et nous sommes heureux de pouvoir prendre le temps de découvrir un peu mieux ce pays fascinant et plein de contrastes.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: