L’église catholique en Chine.

L’histoire de l’église catholique en Chine est difficile. Il y a une église souterraine et une église officielle. Nous n’avons pas rencontré l’église souterraine, donc je ne peux pas commenter.

En revanche, nous avons découvert l’église officielle. Elle est officielle dans la mesure où les autorités locales acceptent la présence de l’église. Les deux églises que nous avons vus sont grandes et visibles.

La difficulté pour cette église est double : d’une part, ils doivent obtenir l’autorisation du gouvernement local pour toute activité ou initiative, d’autre part le gouvernement refuse l’ingérence étrangère (voir la Chine et la politique).

Cette seconde difficulté est la plus délicate. En effet, par définition, Catholique veut dire universel. Donc il ne peut pas y avoir de concept d’ingérence étrangère : l’Eglise n’a pas de nation. Le pape, les évêques, les prêtres et les fidèles de l’église catholique sont tous frères. Par leur limitation, les autorités chinoises imposent une division artificielle, inconnue à la religion catholique. Mais dans la pratique, les effets sont bien réels. Le pape est considéré comme un étranger et n’a pas le droit d’intervenir dans l’église en Chine. Les évêques ne peuvent donc pas être nommés par lui. Au mieux ils peuvent être reconnus. D’autre part, seuls les ordres religieux chinois sont possibles. Donc malgré elle l’église en Chine ne peut pas être en communion avec le pape et donc avec l’église universelle.

Mais il y a un point important me semble-t-il. Contrairement aux orthodoxes qui ne reconnaissent pas l’autorité de Rome, ou aux anglicans qui se sont éloigné volontairement de Rome, la non-communion n’est pas une volonté des membres de l’église mais une situation politique subie autant par le clergé que par les fidèles. Officiellement l’église reconnaît la primauté papale en matière de foi et de morale, mais la fierté nationale l’empêche de prendre le risque de l’ingérence impérialiste. En fait le gouvernement essaie d’isoler les chinois des influences étrangères et le clergé nationaliste voit cette volonté comme légitime au vu de l’histoire chinoise.

Les fidèles, eux, veulent simplement vivre leur foi et ne pas faire de la politique. Or s’ils joignent l’église souterraine ils feront obligatoirement de la politique en participant à une organisation clandestine, possiblement impérialiste, et hors la loi.

Dans la pratique il y a beaucoup de jeunes dans les églises que nous avons vues. Beaucoup ont découvert la foi très récemment et ils rayonnent d’enthousiasme.

Le grand espoir est qu’en cas d’évolution politique, l’église en Chine ne devrait pas avoir de difficulté pour reconnaître la primauté papale et être pleinement universelle. Comme nous l’a demandé une vieille religieuse chinoise, il faut que nous priions pour l’église en Chine.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: